Énergie

La Belgique n’économisera pas d’électricité la nuit sur les routes

Les prix records de l’électricité poussent de nombreux gouvernements occidentaux à réduire leur consommation, comme demandé par la Commission européenne. En Allemagne ou en France, l’éclairage des routes et des bâtiments publics est éteint après une certaine heure. La Belgique, elle, n’a rien prévu à cet effet.

David Leclercq David Leclercq | Publié le 30/08/2022 | Temps de lecture : 5 min

Les prix de l’électricité ont flambé en un an. Alors qu’il était de 80 euros/MWh, il y a un an, il est passé à 700 euros/MWh la semaine dernière et même à plus de 1.000 euros/MWh en France récemment. Cela représente une explosion de près de 1.000% sur un an. Intenable.

Dans ces conditions, la Commission européenne a demandé en juillet dernier aux États membres d’économiser jusqu’à 15% de leur consommation, ce qui semble bien légitime. Pour l’électricité, des mesures ont été prises dans les pays limitrophes pour limiter les dépenses en électricité la nuit. Les économies visent donc les voiries, les panneaux publicitaires et même les magasins. Les bâtiments publics sont aussi concernés, y compris les monuments.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

À Cologne en Allemagne par exemple, la cathédrale est éteinte à une certaine heure tandis que le chauffage dans les bâtiments publics sera ramené à une température de 19°C au lieu de 20 précédemment. Et c’est pareil en Espagne où un décret oblige à éteindre les bâtiments publics, mais aussi toutes les vitrines des magasins à partir de 22h, et ce au moins jusqu’au 1er novembre 2023.

La fin de l’abondance

Plusieurs chefs de gouvernement ont déjà annoncé la « fin de l’abondance » et dans de nombreux pays les localités ont déjà pris de l’avance sur les gouvernements pour se protéger. Ainsi, 12.000 communes en France ont déjà réduit leur éclairage public et envisagent des restrictions pour Noël. Idem en Allemagne à Cologne, Berlin ou Munich qui ont aussi pris des mesures ce qui est largement compréhensif eu égard à la dépendance du pays au gaz russe (40% environ).

Partout en Europe, l’éclairage public fait l’objet de restrictions compte tenu des prix de l’électricité. Mais pas en Belgique...

On pourrait se demander ce qui est prévu en Belgique ? Et bien rien à l’heure actuelle, ce qui est tout de même un comble. Le gouvernement fédéral s’en tient à son plan goupillé le 15 juillet 2022 et qui vise à assurer l’approvisionnement énergétique du pays pendant l’hiver. Alexander De Croo a bien rappelé que tout le monde avait un rôle à jouer et qu’une sobriété énergétique était nécessaire, mais rien de plus. Ou rien de concret.

Il n’y a que la ville de Mons qui a prévu (date incertaine) de réduire de moitié son éclairage, mais ailleurs, comme à Bruxelles, il n’y a pas eu de débat autour du principe. À Liège par exemple, la ville compte surtout sur le remplacement de son vieil éclairage par un éclairage LED qui permet de réduire la consommation de 50%. C’est déjà ça, mais face à une flambée comprise entre 500 et 1.000% des prix de l’électricité, il y a fort à parier que ce ne sera pas suffisant…

Et sur nos routes ?

Partout en Europe, l’éclairage public fait l’objet de restrictions compte tenu des prix de l’électricité. Mais pas en Belgique...

On le sait, la Belgique est reconnue mondialement pour l’éclairage de ses routes et de ses autoroutes où un grand plan de remplacement de l’éclairage est en œuvre (LED aussi). Cela dit, rien n’est toutefois prévu pour éteindre cet éclairage. Certes, celui-ci participe à la sécurité, mais il faut bien avouer qu’en ces temps de crise, le minimum serait de le couper. Personne ne se plaint de devoir rouler en France sur des autoroutes payantes qui ne sont pas du tout éclairées.

Cette situation ubuesque montre à nouveau à quel point les autorités belges manquent d’anticipation et de clairvoyance : des économies pourraient être faites du jour au lendemain, ce qui diminuerait les charges à destination de la collectivité. En 2021, la Belgique occupait la 7e place des plus gros pollueurs mondiaux par habitant. C’est précisément ce genre de comportement qui nous fait figurer en « si bonne place »… Il y a vraiment un décalage incompréhensible entre la façon dont le Belge est affecté par la situation et le comportement des autorités.

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité