Que dit la loi ?

Le téléphone au volant peut conduire à un retrait de permis

Depuis le mois de mars 2022, les amendes sont plus chères si vous êtes pris en utilisant votre téléphone portable au volant. Mais dans l’arrondissement de Hal-Vilvorde, cela va plus loin : la police peut vous retirer votre permis !

David Leclercq David Leclercq | Publié le 27/04/2022 | Temps de lecture : 2 min

Depuis le 3 mars 2022, les amendes pour usage du téléphone portable au volant sont devenues nettement plus chères : de 116 euros, la redevance est passée à 174 euros, ce qui est un tarif plutôt dissuasif. En outre, la sanction s’applique dans une perspective élargie et elle concerne désormais aussi les autres appareils numériques, comme les tablettes, les liseuses, etc. pour lesquels il y avait encore un flou juridique.

Oui, mais voilà, pour l’arrondissement de Hal-Vilvorde (soit le territoire limitrophe de Bruxelles qui englobe, entre autres, les zones et communes de Zaventem, Hal, Asse, Londerzeel, etc.) a décidé d’aller plus loin et de mener une véritable opération coup de poing, et ce entre le 1er mai et le 30 juin. La police appliquera une tolérance zéro et ceux qui sont pris avec leur téléphone à la main se verront immédiatement retirer leur permis de conduite ! Une mesure pour le moins radicale.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Jusque 4.000 euros d’amende

police

Le parquet de Hal-Vilvorde est réputé très dur en matière de tolérance routière. Et manifestement, l’augmentation du prix des amendes était une mesure insuffisante aux yeux de ses responsables. Ine Van Wijmeersch, procureure du Roi de l’arrondissement judiciaire de Hal-Vilvorde a indiqué à la RTBF qu’il s’agit d’une expérience pilote et que « il y aura un retrait de permis immédiat de 8 jours. Durant le mois de septembre, les chauffeurs devront se manifester devant le tribunal de police. Là, ils risquent une amende qui peut atteindre 4.000 euros, et un retrait de permis de 8 jours à 5 ans dans les cas les plus graves. »

Il faut dire que les statistiques ne plaident pas en faveur du téléphone portable. En effet, selon plusieurs études européennes, un conducteur belge sur quatre lit ou envoie des messages en conduisant tandis qu’un sur six n’utilise pas son kit mains libres, ce qui est effectivement problématique. Les chiffres rapportés par VIAS laissent d’ailleurs songeurs : 8% des accidents mortels sont liés à l’usage du téléphone au volant. Or, écrire un SMS en conduisant multiplie par 12 le risque d’accident. Dans cette optique, on estime que 50 personnes meurent chaque année en raison de ces pratiques et que 4.500 sont blessées.

Pour Ine Van Wijmeersch, cette nouvelle mesure s’inscrit donc dans une volonté de sécurité routière effective. La mesure sera évaluée après cette période du 1er mai au 30 juin 2022. Notons que si ses résultats sont positifs, on pourrait s’attendre à ce qu’elle soit reconduite, voire devienne définitive, y compris au sein d’autres arrondissements judiciaires. Il est clair que les récents événements survenus à Strépy-Bracquegnies ajoutent à cette course contre les délits routiers. Rappelons en outre qu’il ne faut pas nécessairement tenir son téléphone en main pour être verbalisé. En effet, pour échapper à l’amende ou au retrait de permis, il faut que l’appareil soit fixé sur un support. Dès lors, si le GSM est posé sur les genoux, le conducteur sera aussi punissable.

Partager l’article


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité