Mobilité

“Les recettes de la taxe kilométrique doivent revenir à la politique sociale”

Écrit par Joris Bosseloo | 06/05/2021

À Bruxelles, on plaide pour que les recettes de la taxe kilométrique prévue soient destinées à des objectifs sociaux et non, par exemple, pour la réalisation de travaux routiers ou d’infrastructures de bornes de recharge.

L’Atelier de Recherche et d’Action Urbaines (ARAU) soutient depuis longtemps le droit des habitants à participer à l’analyse et au développement de la ville, et se dit favorable au système de tant controversé, car il profiterait à tous en réduisant le trafic automobile. Le projet de péage urbain, appelé Smartmove, a suscité , tant dans le monde politique qu’au sein de la population.

“La Région doit agir de toute urgence. Allouer ce que va rapporter cette taxe à la politique sociale signifiera également un transfert financier en faveur des Bruxellois, notamment des plus pauvres”, ont-ils expliqué.

Selon l’ARAU, la taxe kilométrique () est au contraire une mesure socialement juste, notamment parce qu’elle permet une redistribution des recettes fiscales en faveur des plus pauvres par le financement de politiques sociales. L’association déplore également que les conséquences du trafic automobile soient supportées par l’ensemble de la société, mais trop souvent ignorées : pollution atmosphérique, bruit, congestion, émissions de gaz à effet de serre, monopolisation de l’espace public, etc.

Mots-clés

Lire aussi

Trouvez votre voiture aujourd'hui

Voitures