Moto

Les radars tronçons ne flashent pas les motocyclistes

Nos routes sont progressivement jalonnées de contrôles de tronçons qui ne peuvent détecter les motos qui roulent trop vite en raison d’une limitation technique du système. Explications.

Écrit par Alain De Jong | 19/05/2022

Le radar tronçon permet de vérifier la vitesse d’un véhicule sur une distance donnée entre deux points. Sa plaque d’immatriculation est enregistrée, et les automobilistes qui roulent trop vite reçoivent une amende.

La plupart des radars tronçons en Belgique scannent la plaque d’immatriculation à l’avant du véhicule. Le problème est que cela fonctionne parfaitement pour les voitures, mais pas pour les motos qui n’ont qu’une plaque d’immatriculation à l’arrière.

Publicité

Wouter Raskin, député de la N-VA et expert en circulation, a remarqué que les contrôles routiers effectués par la police locale ont permis de sanctionner un certain nombre de conducteurs de voitures et de camions au cours des derniers mois, mais pas un seul motocycliste en excès de vitesse. En s’informant auprès de la ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden, Raskin a appris que c’est également le cas ailleurs en Belgique, pour la même raison.

Plaque avant

biker

Cette situation confirmée par le ministre : « Lors de l’installation des contrôles de section, nous avons en effet dû choisir d’enregistrer la plaque d’immatriculation à l’avant ou à l’arrière. Il a surtout été décidé de lire la plaque à l’avant, car à terme, la police utilisera également les caméras des radars tronçons pour vérifier le port de la ceinture de sécurité et l’utilisation du téléphone portable. Cela ne peut être déterminé que depuis l’avant de la voiture. De plus, le conducteur est également visible, ce qui exclut immédiatement toute discussion sur l’identité de celui qui était au volant. »

Raskin a été très surpris par cette explication, qui signifie en fait que les motocyclistes de notre pays peuvent rouler trop vite en toute impunité sur les nombreux nouveaux radars tronçons qui ont été installés ou sont prévus.

Le ministre Verlinden a immédiatement corrigé cette déclaration en notant que les motocyclistes ne jouissent pas d’une liberté totale dans notre pays, car « outre les contrôles de tronçons, il existe de nombreux autres moyens de contrôler, par exemple par des contrôles de vitesse mobiles. »

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures