Un franc succès pour le Salon de l’Auto 2020 : “Les interrogations des automobilistes ont également été très nombreuses”

Fière d’une affiche annonçant la présentation de 18 véhicules en première mondiale, 10 en première européenne et plus de 100 en première nationale, la 98e édition du Brussels Motor Show avait déjà l’assurance – avant même son ouverture au grand public – de demeurer dans les annales du genre pour l’impressionnante liste de primeurs réunies dans la capitale belge (photo: © Belga Image).

Un franc succès pour le Salon de l’Auto 2020 : “Les interrogations des automobilistes ont également été très nombreuses”

Jamais dans l’histoire de l’automobile, les interrogations des automobilistes n’ont été aussi nombreuses qu’à l’heure actuelle. Le développement grandissant des motorisations alternatives aux traditionnels mécaniques essence et diesel ainsi que la prise de conscience “écologique” des automobilistes désireux de limiter leur empreinte carbone tout en préservant leur mobilité individuelle sont autant d’éléments qui ont largement contribué au succès populaire du 98e Brussels Motor Show.

“Nous avions différents objectifs à l’heure de lancer la 98e édition du Brussels Motor Show”, explique Pierre Lalmand, Directeur du Salon bruxellois. “Le premier était d’informer nos visiteurs sur les développements technologiques récents effectués par l’industrie automobile. Il me revient de l’ensemble de nos exposants que ce Salon a été marqué par un engouement inédit du public belge pour les solutions de motorisations hybrides et électriques. De ce point de vue, notre premier objectif peut être considéré comme atteint.”

Avec plus d’un demi-million de visiteurs réunis durant ses 10 journées d’ouverture au grand public, le 98e Brussels Motor Show fait sans l’ombre d’un doute figure de succès aux yeux de ses organisateurs: “Notre ambition était de parvenir à attirer au moins 500.000 visiteurs”, poursuit Pierre Lalmand. “Ce chiffre symbolique a été atteint et même dépassé. Une véritable performance qu’il ne faut pas sous-estimer, d’autant que notre Salon durait cette année 1 jour de moins qu’en 2018.” Cette affluence illustre également une nouvelle fois “l’attachement que voue le public belge à la liberté élémentaire d’envisager ses déplacements en pleine connaissance de cause, loin des menaces, des contraintes et des interdits que d’aucuns tentent de lui imposer.” estime-t-on encore à la Febiac.