Les connaisseurs que vous êtes voient sûrement de quel modèle on parle : il s’agit de la 2CV Sahara 4×4.

Un bricolage devenu collector

Fin des années 50, Citroën se base sur un « bricolage » d’un particulier, patron de société à la recherche d’un 4×4 bon marché. Propriétaire de 2CV, il décide alors d’y intégrer un second moteur, dans le coffre, qui fait tourner les roues arrière ! La 2CV 4×4 est née ! Pour l’anecdote, les réservoirs à essence passent sous les sièges avant. Il fallait donc ouvrir les portes pour faire le plein : peu pratique ! Mais lorsque Citroën reprend le projet en 1958, ils vont améliorer quelques éléments, en plaçant notamment des trappes à essence au niveau des portières, permettant de faire le plein sans les ouvrir.

2pk

4×4 ou 4×2, au choix

C’est aussi Citroën qui donnera, en 1959, l’appellation « Sahara ». Mais lors de l’indépendance de l’Algérie en 1962, la marque française décida de ne garder que le nom 4×4. Ce modèle incroyable permettait de rouler aussi en 4×2, laissant alors un essieu (avant ou arrière, au choix !) en roue libre.

Sahara

Produite à 693 exemplaires environ, et ici dans une rare version carrosserie Light Blue – sièges rouges, cette 2CV Sahara 4×4, propriété belge jusqu’à maintenant, est estimée à 90.000 € environ !

Images : Dirk de Jager ©2019 Courtesy of RM Sotheby’s