Les voitures qui n’émettent pas du tout de CO2 ou d’autres gaz à effet de serre, ont également des pneus et des freins et ces pièces sont bien sûr sujettes à l’usure. « Ces particules se retrouvent dans l’air et sont nocives pour la santé des conducteurs, des passagers et des autres usagers de la route », indique le rapport. Le passage à la voiture électrique n’est donc pas la solution ultime pour éliminer la pollution de l’air.

Les ministres britanniques de l’environnement et des transports plaident maintenant en faveur de nouvelles normes et notamment, d’une nouvelle norme internationale. Plusieurs experts pensent que l’industrie automobile se penche déjà sur la question.