Sous le capot avant, on retrouve donc toujours le V8 tandis que la batterie de 13,6 kWh et le moteur électrique se retrouvent à l’arrière, cachés sous un plexiglas dans le coffre. Ces modifications permettent de gagner plus de 400 chevaux au total mais ne font pas de la RS6-E, une hypercar pour autant.

L’Audi RS6-E ne gagne ainsi que trois dixièmes par rapport à une RS6 sur l’exercice du 0 à 100 km/h qu’elle effectue en 3,4 secondes malgré une puissance et un couple gargantuesque. Il faut dire que le modèle qui n’est déjà pas un poids plume à la base s’alourdit encore de 200 kilos.