Le gouvernement bruxellois souhaite travailler à un rétrécissement de l’E40 entre l’entrée de Bruxelles et le boulevard Reyers. L’objectif est de réduire le nombre de bandes et de transformer l’autoroute en boulevard urbain.
Pour Beci, une telle rénovation de la E40 ne doit pas être à l’ordre du jour car aucune analyse d’impact n’a encore été réalisée. “À ce jour, nous n’avons aucune idée de l’impact de cette réduction sur la circulation, la qualité de la vie dans les quartiers environnants et l’accessibilité de l’hypercentre.

De plus, il n’est pas clair si la construction des boulevards urbains se fera avec les investissements nécessaires dans le domaine des transports en commun et des parkings de délestage”, affirme Ischa Lambrechts, conseiller en mobilité chez Beci.

La chambre du commerce préconise plutôt un test avec une voie de covoiturage. “Nous constatons que l’autosolisme de masse est un facteur important dans la saturation du réseau routier. En limitant le nombre de voies, on ne résout pas le problème, on ne fait que rajouter une nouvelle mesure frustrante pour le navetteur. Il est possible de mettre en place d’autres mesures pour encourager les changements de comportement, comme le fait de récompenser les covoitureurs avec une voie réservée. Cette voie pourrait également être accessible pour le transport en bus, public et privé”, estime Olivier Willocx, administrateur Délégué de Beci.