Infos pratiques

Comment bien utiliser le chauffage de sa voiture en hiver

L’hiver est là. Et avec lui, on fait chauffer les habitacles à tout va. Il s’agit de se réchauffer bien entendu, mais aussi d’éviter la formation de buées sur les vitres pour conserver une visibilité optimale. Voici quelques conseils pour bien gérer votre chauffage en hiver.

Écrit par David Leclercq | 02/12/2021

L’hiver s’est déjà bien installé et avec lui son lot de températures négatives ou en tout cas très basses qui obligent à solliciter les chauffages dans les habitacles. Voici dès lors quelques conseils afin de bien utiliser le chauffage et sa combinaison possible avec la climatisation qui ne sert pas qu’à rafraîchir l’air.

Rouler directement dès le moteur allumé

Il fut un temps où on laissait le moteur tourner gentiment avant de prendre la route, histoire de ne pas forcer la mécanique. Cette technique est devenue aujourd’hui superflue, voire nocive et même interdite (laisser tourner son moteur est en effet passible d’une amende de 150 euros). En effet, avec les huiles ultra performantes, les moteurs modernes n’ont plus besoin de ce temps de chauffe. On peut donc partir directement.

En outre, il faut savoir qu’une voiture qui roule est une voiture dont les organes vont plus rapidement monter en température. Ce qui signifie une plus grande efficacité et une pollution réduite (car les organes de dépollution doivent aussi monter en température). Au plus vite votre voiture monte en température, au plus vite votre chauffage sera aussi efficace. Il est même conseillé de n’enclencher la climatisation ou de solliciter la ventilation qu’après quelques centaines de mètres pour que ces éléments jouent pleinement leur rôle. Quoi qu’il en soit, mettre le chauffage à fond avec un moteur froid ne fera que refroidir l’habitacle tandis que cette manœuvre apportera aussi plus d’humidité, donc plus de buée.

La climatisation comme allié

L’hiver s’est déjà bien installé et avec lui son lot de températures négatives ou en tout cas très basses qui obligent à solliciter les chauffages dans les habitacles. Voici dès lors quelques conseils afin de bien utiliser le chauffage et sa combinaison possible avec la climatisation qui ne sert pas qu’à rafraîchir l’air. Rouler directement dès le moteur allumé Il fut un temps où on laissait le moteur tourner gentiment avant de prendre la route, histoire de ne pas forcer la mécanique. Cette technique est devenue aujourd’hui superflue, voire nocive et même interdite (laisser tourner son moteur est en effet passible d’une amende de 150 euros). En effet, avec les huiles ultra performantes, les moteurs modernes n’ont plus besoin de ce temps de chauffe. On peut donc partir directement. En outre, il faut savoir qu’une voiture qui roule est une voiture dont les organes vont plus rapidement monter en température. Ce qui signifie une plus grande efficacité et une pollution réduite (car les organes de dépollution doivent aussi monter en température). Au plus vite votre voiture monte en température, au plus vite votre chauffage sera aussi efficace. Il est même conseillé de n’enclencher la climatisation ou de solliciter la ventilation qu’après quelques centaines de mètres pour que ces éléments jouent pleinement leur rôle. Quoi qu’il en soit, mettre le chauffage à fond avec un moteur froid ne fera que refroidir l’habitacle tandis que cette manœuvre apportera aussi plus d’humidité, donc plus de buée.  La climatisation comme allié Non, la climatisation ne sert pas qu’à réfrigérer l’habitacle en été. En réalité, ce système fonctionne dans les deux sens (chaud/froid et froid/chaud) tandis qu’il recourt à un compresseur qui permet de déshumidifier l’air ambiant. Donc d’éviter la formation de buée et de condensation. L’usage de la climatisation permet donc d’avoir une température plus stable et un confort accru avec l’absence totale de buée. C’est aussi un avantage en matière de sécurité.  Gérer les écarts de température Les différences de températures importantes sont brutales pour les organismes, mais aussi pour les composants. Dès lors, lorsque vous utilisez le chauffage (et cela vaut aussi pour la climatisation en été), il faut veiller à ne pas générer un trop grand écart entre la température extérieure et celle de l’habitacle. Les chocs thermiques peuvent entraîner des refroidissements qui vous cloueront au lit. En outre, les différences trop importantes peuvent être aussi à l’origine de dégradations, notamment des petits éclats dans le pare-brise qui peuvent alors entraîner des fissures plus importantes. L’idéal : rester en dessous des 10°C d’écart. Dans ce cadre, la régulation automatique sera le meilleur des alliés. Celle-ci gèrera de facto tous les paramètres, y compris celui de la mise en température. Si vous disposez d’un système manuel, alors enclenchez-le et jouez sur la ventilation et identifiez sur la commande de chauffage la zone qui génère une température raisonnable. Si vous n’utilisez que peu le climatiseur, pensez au moins à faire tourner le compresseur 15 minutes toutes les deux semaines pour que le système s’entretienne.

Non, la climatisation ne sert pas qu’à réfrigérer l’habitacle en été. En réalité, ce système fonctionne dans les deux sens (chaud/froid et froid/chaud) tandis qu’il recourt à un compresseur qui permet de déshumidifier l’air ambiant. Donc d’éviter la formation de buée et de condensation. L’usage de la climatisation permet donc d’avoir une température plus stable et un confort accru avec l’absence totale de buée. C’est aussi un avantage en matière de sécurité.

Gérer les écarts de température

Les différences de températures importantes sont brutales pour les organismes, mais aussi pour les composants. Dès lors, lorsque vous utilisez le chauffage (et cela vaut aussi pour la climatisation en été), il faut veiller à ne pas générer un trop grand écart entre la température extérieure et celle de l’habitacle. Les chocs thermiques peuvent entraîner des refroidissements qui vous cloueront au lit. En outre, les différences trop importantes peuvent être aussi à l’origine de dégradations, notamment des petits éclats dans le pare-brise qui peuvent alors entraîner des fissures plus importantes.

L’idéal : rester en dessous des 10°C d’écart. Dans ce cadre, la régulation automatique sera le meilleur des alliés. Celle-ci gèrera de facto tous les paramètres, y compris celui de la mise en température. Si vous disposez d’un système manuel, alors enclenchez-le et jouez sur la ventilation et identifiez sur la commande de chauffage la zone qui génère une température raisonnable. Si vous n’utilisez que peu le climatiseur, pensez au moins à faire tourner le compresseur 15 minutes toutes les deux semaines pour que le système s’entretienne.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures