1. Le diesel bashing

La mise au ban du diesel vire en acharnement pur et simple, de la part des Politiques mais également des écologistes de tous bords qui prouvent leur méconnaissance totale – ou font preuve d’une réelle mauvaise foi – au nom du « politiquement correct ». A l’heure où tout le monde nous rappelle qu’il est nécessaire de réduire nos émissions de CO2, on bannit le carburant le plus à même de le faire rapidement sous prétexte qu’il « pollue » (terme générique qui englobe tout ce qu’on veut bien y faire entrer). Hors, les rejets de particules des derniers diesels n’ont rien à envier à leurs homologues essence. On vous laisse deviner à qui profite l’augmentation des taxes recensée ces douze derniers mois sous couvert de mesure « écologique »…

Lane Keeping Assist

2. La généralisation des aides à la conduite

Lane Keeping Assist, Safety Brake Assit, Autopilot… Ces systèmes réservés aux haut-de-gammes jusqu’il y a peu sont désormais généralisés (ou en voie de l’être) et s’immiscent souvent de manière impromptue dans la conduite. Si l’on peut concevoir l’intérêt d’une voiture qui freine seule devant un obstacle ou qui reste dans sa voie de circulation en cas de problème du conducteur, encore faut-il que ces systèmes soient correctement calibrés, fiables et n’interviennent pas de manière intrusive à tout bout de champ. Ce qui n’est manifestement pas le cas aujourd’hui. Ils obligent le conducteur à rester concentré à chaque instant, alors que tout est fait pour qu’il ne le soit plus sur sa conduite. Dans certaines situations, ils sont finalement plus dangereux qu’autre chose ! Un comble ! La conduite autonome promise par tant de constructeurs a encore du chemin à faire…

Tesla

3. Le « bordel » électrique

Alors que l’on nous vante sans cesse les mérites de la voiture électrique, rien ne semble réellement mis en place pour en promouvoir l’usage et l’achat chez nous. Certes il existe bien une prime à l’achat en Flandre, mais à part ça… Pour convaincre les acheteurs, la première chose à faire semble d’harmoniser les bornes et prises de charge, et de développer un réseau maillé et simple d’utilisation… à la manière d’une station-service. Tesla l’a bien compris. Mais pour les autres, est-ce vraiment si compliqué ?

LEZ

4. Le « bordel » de la mobilité

La mobilité en Belgique devient réellement problématique, notamment à Bruxelles. La solution trouvée par nos décideurs pour y remédier ? Menacer et sévir, encore et toujours : zones à faibles émissions, projet de taxe au kilomètres, augmentation du prix des carburants, multiplication du nombre de radars, instauration de zones piétonnes, menace d’un bannissement pur et simple des moteurs thermiques, etc. Mais concrètement, les solutions pour pallier à l’usage de la voiture manquent cruellement : un RER devenu serpent de mer et qui ne desservira que quelques zones, des parkings de dissuasion trop peu nombreux et mal desservis, peu de solutions alternatives et pas d’incitants suffisants. Le bâton, sans la carotte malheureusement.

T-Cross

5. Toujours plus de SUV

Impossible de les manquer, les SUV sont partout ! Ils s’immiscent jusque dans la moindre niche du marché, cannibalisant toutes les autres carrosseries sur leur passage : SUV coupé, SUV sportif, SUV cabriolet… Et cela ne semble pas près de s’arrêter. Dommage pour la diversité et pour le plaisir de conduite. Dommage aussi pour la planète, ces véhicules se montrant toujours un peu plus gourmands qu’une voiture traditionnelle.