Première conséquence : arrêté au Japon, Carlos Ghosn a été mis à l’écart par Nissan et Mitsubishi, les constructeurs automobiles qui composent l’alliance avec Renault. Nissan a confirmé que le grand patron a dissimulé des revenus au fisc.

Pendant que l’enquête suit son cours, le conseil d’administration de Renault a nommé à titre provisoire Thierry Bolloré, jusqu’alors numéro deux du constructeur, en qualité de directeur général délégué ; Carlos Ghosn demeure toutefois PDG.

On ne connait pas encore tous les tenants et aboutissants de cette affaire, mais avec l’arrestation de ce grand patron, certains éditorialistes s’inquiètent déjà de la pérennité de l’entente entre Renault et Nissan. Dans cette affaire, il convient toutefois de rester prudent car beaucoup d’éléments sont encore flous à l’heure actuelle.