Actualité

Des centaines de Tesla immobilisées à cause d’une application

La semaine dernière, plusieurs centaines de conducteurs de Tesla n’ont pas pu accéder à leur voiture ou la démarrer en raison d’un bug dans l’application de contrôle de la marque. Une situation ubuesque, mais qui pose clairement question sur la fiabilité de la voiture connectée et la notion même de propriété de laquelle les intéressés sont dépossédés.

Écrit par Alain De Jong | 23/11/2021

La voiture d’aujourd’hui ressemble de plus en plus à un ordinateur à quatre roues. Car celle-ci est désormais aussi connectée en permanence aux serveurs informatiques des marques afin de leur remonter des informations, mais aussi pour être contrôlées. Cette manière de procéder présente évidemment des avantages, comme celui de pouvoir utiliser des services multimédias supplémentaires (streaming musical ou vidéo, navigation, services hôteliers, etc.) ou celui de pouvoir installer de mises à jour à distance pour ne plus avoir à se rendre au garage. Si cette approche facilite clairement les choses pour une série d’éléments, elle comporte aussi de nombreux risques.

Bien entendu, les marques se veulent rassurantes vis-à-vis de leurs clients, arguant que les dispositifs sont très bien protégés contre le piratage. Cela dit, il y a des milliers d’exemples qui démontrent toutefois que les cybercriminels sont des très créatifs et qu’ils peuvent bien entendu pirater une automobile.

Ce qui est aussi le cas pour les serveurs des fabricants qui pourraient très bien tomber en panne. Et c’est exactement ce qu’il vient de se produire chez Tesla avec, à la clé si l’on peut dire, un blocage total des véhicules pour ceux qui utilisaient l’application dédiée pour le déverrouillage et le démarrage de leur voiture.

Tesla app

BBC News a ainsi rapporté que plus de 500 utilisateurs ont été impactés par cette panne, et ce à travers le monde entier. Le patron de Tesla, Elon Musk, a immédiatement reconnu cette panne et, comme à son habitude, il a communiqué via son média favori, Twitter, à travers deux messages dont un présentait des excuses : « Désolé, nous allons faire en sorte que cela ne se reproduise plus » a indiqué le CEO.

Une solution de secours avec carte ou clé ?

Cet incident, qui ne peut jamais être totalement exclu, se reproduira certainement. Et il montre que, même dans le monde de l’automobile, il ne faut jamais compter trop sur les nouvelles technologies.

Les voitures connectées, comme la Tesla qui utilise une application pour ouvrir et démarrer la voiture, disposent généralement d’un système de secours (une carte et/ou une vraie clé) grâce auquel on peut toujours rebondir et ne pas rester bloqué. Bref, il y a donc toujours une solution. Mais pour combien de temps ?

Ces nouvelles technologies posent clairement la question de notre autonomie personnelle. Car on se trouve clairement dans un scénario à la Big Brother où tous nos faits et gestes sont épiés tandis que nos actions peuvent aussi être bloquées.

Dans ce cadre, un gouvernement, un constructeur ou un pirate informatique serait en mesure de bloquer ou de prendre le contrôle, voire de saboter un véhicule d’un simple clic de souris. Est-ce réellement la voie que nous souhaitons prendre à l’avenir ?

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé