Actualité

Incompréhensible : des voitures restent dans des terminaux portuaires

Malgré la reprise de la production de voitures, les retards de livraison pourraient persister pendant un certain temps en raison de problèmes de distribution. En raison du manque de transport, plus de 100.000 voitures attendent déjà dans les terminaux de nos ports d’être acheminées vers les distributeurs.

Alain De Jong Alain De Jong | Publié le 14/11/2022 | Temps de lecture : 1 min

Les crises successives continuent de causer des maux de tête au secteur automobile. Il y a d’abord eu la pandémie avec la pénurie de puces dans son sillage, puis la guerre en Ukraine a à son tour perturbé le processus de production dans l’industrie automobile. Ces problèmes sont progressivement résolus par une réorganisation de la production et de l’approvisionnement chez les fabricants. Pourtant, les délais d’attente pour les voitures commandées auprès de nombreuses marques continuent d’augmenter, passant de plusieurs mois à plus d’un an.

dealer

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Pleins à craquer 

Ces derniers temps, cela est également dû à un nouveau facteur : la logistique. Par exemple, VRT.be a rapporté que dans les ports de Zeebrugge et d’Anvers, il y a actuellement quelque 100.000 voitures prêtes à être livrées aux consommateurs, mais elles ne partent pas faute de moyens de transport. « Il y a tout simplement trop peu de capacité aujourd’hui pour livrer toutes ces voitures, que ce soit par camion ou par train. À partir de là, nos terminaux sont effectivement pleins à craquer », a déclaré Marc Adriansens, PDG d’International Car Operators (ICO).

Cette situation peut également s’expliquer par les événements des deux dernières années. En effet, en raison de la crise sanitaire, la capacité de transport a été temporairement réduite en raison de la baisse de la demande et de nombreux conducteurs ont également cherché du travail dans d’autres secteurs. Maintenant que la production a repris à plein régime partout et que les voitures affluent à nouveau en masse, cela met évidemment une pression supplémentaire sur la chaîne de distribution qui doit à nouveau se réorganiser pour que tout soit livré en temps et en heure.

Deux ans

Marc Adriansens estime que « pour le secteur automobile, il y a un troisième manque de capacité, ce qui se traduit par des ports surchargés. Les navires doivent régulièrement attendre ou se détourner vers d’autres ports qui sont également arrivés au maximum de leur capacité. Enfin, je crains que certaines usines soient même obligées de fermer à cause de cela. »

Le PDG de ICO s’attend à ce que ces problèmes logistiques perdurent pendant un certain temps : « certainement pour le reste de l’année, mais peut-être aussi l’année prochaine, car nous nous attendons également à un afflux important de voitures chinoises. Ce sera donc un autre grand défi. »

Photos d’illustration

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité