Dream Cars

ESSAI CIRCUIT BMW M3 & M4 Competition : Impressionant !

Après avoir testé les M3 et M4 Competition de BMW sur des routes publiques, il était temps d’utiliser tout le potentiel des deux voitures. Pour ce faire, je me suis rendu au Circuit Zolder dans le Limbourg.

Joris Bosseloo Joris Bosseloo | Publié le 16/06/2021 | Temps de lecture : 7 min

Peu de temps après la publication de mon essai de la M3 Competition sur Gocar.be, un de mes lecteurs a critiqué un manque d’informations. Cet homme avait raison, bien que cela soit en partie dû au fait que je n’ai pas eu la chance de tester la super puissante quatre portes comme elle aurait dû l’être. Ce que j’aurais pu/aurais dû mentionner, c’est que le nouveau sommet des séries 3 (et 4) est extrêmement ajustable, à tel point qu’il est difficile d’y voir clair. La plupart des voitures (de sport) modernes proposent des modes tels que confort, sport et sport plus, mais les ingénieurs de BMW ne se sont pas contentés de ça. Les réglages des différentes parties de la voiture sont également modulables. La direction confortable et la suspension en Sport Plus ? Pas de problème. Plutôt le moteur en pleine vigilance en combinaison avec des amortisseurs souples ? Également possible. Est-ce qu’il faut accélérer ou ralentir un peu ? Pourquoi pas. Vous pouvez même décider à l’avance sur une échelle de un à dix à quel point on la laisse glisser dans les virages. Les possibilités de combinaison sont presque infinies.

Beaucoup de M

BMW M Zolder M3 M4

Publicité – continuez à lire ci-dessous

En mode sportif, le régulateur de vitesse actif et toutes les autres aides à la conduite, comme le système de surveillance de trajectoire, sont désactivés, mais les véritables dispositifs de sécurité restent activés, tandis que le mode “Track” en option fait également disparaître ces derniers. Ce dernier fait partie du pack M Drive Pro et comprend également le M Traction Control, le M Drift Analyzer et le M Lap Timer. Le mode M, quant à lui, permet de vivre une expérience plus sportive en utilisant les différents écrans. Pour ceux qui ne le savaient pas : tous sont désormais 100% numériques.

Trop de paramètres ?

Vous vous dites peut-être que tous ces paramètres sont ridicules, et il est vrai qu’ils sont très nombreux.  En revanche, ils vous permettent de personnaliser la voiture à votre goût, ou à celui de votre grand-mère, si elle doit la conduire. C’est ce qui est formidable avec ces nouveaux modèles : ils sont insolents quand ils le peuvent, mais aussi très civilisés et donc accessibles quand ils doivent l’être. Convient-il aux personnes sans expérience de conduite ? D’une certaine manière oui, tant qu’elle est modérée. Pour simplifier un tant soit peu les choses, BMW monte des boutons rouges M1 et M2 derrière le volant, comme sur la M5. Ils regroupent des réglages présélectionnés comme le fait la fonction mémoire d’un siège, mais pour l’ensemble de la voiture. Ces boutons M1 et M2 ont en fait été utilisés à bon escient lors du test sur piste. La première pour chauffer (tout en douceur et avec la boîte automatique enclenchée), la seconde pour mettre les gaz (à fond et rapidement, avec une commande manuelle via les palettes de changement de vitesse).

BMW M3 M4 interior 2021

Mon expérience sur le circuit

En un mot, impressionant ! Pour développer, j’ai été frappé par l’efficacité diabolique de la M3 et de la M4. Je parle des deux, car il s’agit de la même voiture, à la différence qu’elles ont un design différent (ou du moins après le pilier A) et que la première a deux portes supplémentaires. La différence de poids est minime, elles pèsent toutes deux plus de 1,8 tonne chacune. Ce qui a suscité de nombreuses réactions négatives parmi les amateurs de voitures de sport. Il me restait à découvrir si cette critique était justifiée.

BMW M4 Joris Bosseloo

Au total, il y a eu deux sessions de vingt minutes. Une session avec la M3 Compétition, la seconde avec la M4 Compétition. Pour rappel, elles ont sous le capot le même six cylindres en ligne de 3 litres à double souffle, capable de développer 510 ch et 650 Nm de couple. La puissance culmine à 6.250 tr/min, la puissance de traction entre 2.750 et 5.500 tr/min.

Beaucoup de monde

Circuit Zolder BMW M Experience

Audi, Mercedes et Mini avaient également organisé une “expérience sur piste” pour certains de leurs clients. Il y avait une R8, une e-tron RS, une AMG GT et beaucoup de Mini beaucoup moins rapides, mais aussi quelques Porsche préparées et même quelques Ferrari. Beaucoup de monde, donc, ce qui signifie qu’il y avait beaucoup de freinages à faire. Zolder est d’ailleurs connu comme un circuit de freinage.

BMW M3 M4 Zolder

Premier constat : les freins des M4 et M3 ont un pouvoir d’arrêt et une endurance décisifs mais sont surtout très bien dosés. Ils n’en avaient rien à faire, même si je roulais très vite – dans la mesure du possible, compte tenu de la foule. La direction était encore plus impressionnante. La direction assistée électronique limite certes le retour d’information par rapport aux BMW d’antan, mais l’incroyable précision compense vraiment tout. Je savais exactement à quel point je devais braquer et où l’essieu arrière allait se retrouver, sans avoir à fournir le moindre effort. Le train avant ? Tout simplement brillant dans sa maniabilité, sans être agressif. Ces BMW se laissent conduire comme un chien dressé, au centimètre près et sans caprice. Pas une seule fois je n’ai eu de sueurs froides, et pourtant je ne suis pas un pilote qui se rend tous les week-ends sur l’un ou l’autre circuit fermé pour faire des courses de voitures de sport.

BMW M4 Zolder

La rigidité et la répartition optimale du poids sont également remarquables. Ces voitures ne plongent pratiquement pas et ne vacillent certainement pas, ce qui procure également une plus grande tranquillité d’esprit. Dans ces circonstances (il faisait sec et la piste était plate), les M3 et M4 restent contrôlées, équilibrées et sans surprises. En même temps, elles sont remarquablement puissantes (650 Nm de couple, vous vous souvenez ?), avec une réponse de l’accélérateur en un clin d’œil (pas de turbo lag grâce aux petits turbos à rotation extrêmement rapide) et des changements de vitesse hyper-rapides. Aussi tranchant qu’un scalpel, il est en même temps relativement doux et indulgent. La différence avec le capricieux M4 de la génération précédente est évidente. Lorsque les cartes sont dans un autre registre, par exemple lorsqu’il pleut ou que la piste est constituée de bosses et de pierres, les options de réglage sont encore plus pratiques. La suspension en Confort, le moteur en Sport Plus, la boîte de vitesses dans son mode le moins agressif… Pour ne citer que quelques exemples.

BMW M3 M4 Zolder 2021

Ce qui m’a marqué, c’est la sensation de contrôle qu’offre cette nouvelle génération de voiture de sport M. La direction, les freins et l’équilibre ont déjà été loués ci-dessus, mais la traction est également très élevée. Le différentiel à glissement limité électronique fonctionne à merveille et pendant les sessions de quarante minutes, il n’y a jamais eu de sous-virage ou de survirage désagréable, malgré la traction arrière (BMW vend également une M3 et une M4 avec xDrive débrayable, ndlr). Il n’y a qu’une ou deux fois où les choses ont un peu dérapé, mais cela a été facilement et immédiatement rectifié. La Deutsche Gründlichkeit à son meilleur, sans drame mais avec le pied fermement sur l’accélérateur. Soudain, le fait qu’il s’agisse de véhicules très lourds, littéralement, n’avait plus beaucoup d’importance.

Vous préférez une boîte manuelle ?

Comme mentionné dans les premiers rapports d’essai des M3 et M4, ces modèles peuvent également être commandés avec une boîte de vitesses manuelle à six rapports. Au départ, je pensais que je préférerais ces versions moins puissantes (480 au lieu de 510 chevaux), mais j’ai changé d’avis. Ces BMW sont tout simplement meilleures et plus agréables en combinaison avec la boîte automatique à 8 vitesses avec convertisseur de couple. Plus rapide aussi, ce qui, bien sûr, n’est pas dénué de sens.

Quelques informations supplémentaires..

BMW M4 M3 2021 interior

Le cockpit des M3 et M4 contient un certain nombre de boutons, notamment autour du levier de vitesses, mais pas de fioritures inutiles. Comme d’habitude dans une BMW, les commandes sont douces et intuitives. Les paramètres mentionnés précédemment sont bien sûr une autre histoire, mais en principe ces paramètres ne sont pas modifiés en permanence. L’affichage tête haute y contribue également, lors de l’accélération, les yeux n’ont pas à se déplacer vers le bas, ce qui permet de garder l’attention sur la route : encore un plus pour la sécurité et la concentration. Tout ce qui peut être utile a été pensé. Oui, même une ligne rouge prématurée quand le moteur est froid. De plus, le siège est confortable et souple, et comme d’habitude, il est hautement réglable en plusieurs points.

Conclusion

Il y a une semaine, je me demandais pourquoi BMW fabrique encore des voitures aussi puissantes. La réponse est arrivée plus tôt que prévu. Les nouvelles M3 et M4 sont des véhicules polyvalents d’une rapidité impressionnante qui peuvent être utilisés n’importe où et n’importe quand, aussi bien par les mamies que par les pilotes de course chevronnés.

Photos : Andreas Gijbels

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité