Alors que la marque a été créée en 2015, on assiste seulement à la véritable naissance de vrais modèles 100% DS depuis l’an dernier et le SUV 7 Crossback. Bien sûr, les plateformes utilisées sont celles du groupe PSA mais que ce soit sur son grand ou son plus petit SUV, DS semble parvenir à imposer un style, une patte, un univers. Et ce autant à l’extérieur qu’à l’intérieur de ses voitures…

De l’audace

Si le style extérieur est innovant et élégant, il reste toutefois assez sage. « Car les clients ont peur de l’image qu’ils renvoient », nous a expliqué Thierry Metroz, chef du design DS. L’habitacle, lui, est plus osé et fait penser à celui d’un prototype. On y trouve de nombreuses références aux autres domaines du luxe où la France brille de mille feux : mode, bijouterie, sellerie, horlogerie… De quoi créer une atmosphère particulière, qui nous plaît beaucoup, même si l’ergonomie n’est pas toujours parfaite. Il manque notamment une commande « à distance » pour l’écran tactile et les touches de la console centrale offrent un surprenant mélange entre un ressenti tactile et celui d’un bouton « classique », ce qui demande un temps d’adaptation.

DS3

Personnalisation d’un nouveau genre

La DS 3 Crossback La Première (édition limitée, 39.650€) embarque du cuir pleine fleur dans tout l’habitacle, même jusqu’au centre du volant ! Surprenant et plaisant. Chez DS, la qualité des matériaux a donc fait un bond en avant même si l’autre version essayée, Grand Chic (le haut de gamme, 35.650€), nous fait déjà descendre d’un petit échelon, surtout en inspiration « Bastille ». Ce que DS appelle « inspiration » est un univers qui vient s’ajouter, au choix, au niveau de finition plus classique. Ainsi, le niveau de personnalisation a rarement été poussé aussi loin ! Concrètement, on peut par exemple associer la finition So Chic avec l’inspiration Rivoli, Bastille ou autre, ou encore la finition Grand Chic avec l’inspiration Opera noir Art Basalte. Tout un programme !

DS3 C

Nouvelle évolution moteur

Après être entré dans l’habitacle via des poignées de porte affleurantes qui se déploient automatiquement, et avoir découvert cet univers propre à DS, il est maintenant temps de tester ce petit SUV du segment B, conçu sur la toute nouvelle plateforme CMP. Elle a bien sûr été étudiée pour accueillir, entre autres, des motorisations électrifiées. DS est la première marque du groupe PSA Peugeot-Citroën-DS-Opel à en bénéficier. Et pour mettre le châssis de la DS 3 Crossback à rude épreuve, la marque nous avait concocté un roadbook digne du Rallye de Monte-Carlo, entre Monaco et Nice.

DS

Qui dit Monte-Carlo dit motorisation « puissante », comme le nouveau 1.2 troiscylindres renforcé pour développer 155 chevaux. Il s’agit du moteur le plus puissant de la gamme. Certes, malgré sa petite cylindrée, il ajoute encore du dynamisme à cette DS 3 Crossback qui, en plus de tenir le pavé, offre un confort plutôt remarquable. Mais déjà avec 130 chevaux, on ne s’ennuie pas sur les petits lacets de l’arrière-pays niçois. Les mouvements de caisse sont globalement bien maîtrisés, ce qui pousse à accélérer le rythme. Du moins, jusqu’au moment où on observe la consommation moyenne qui s’envole avec ce petit moteur turbo (aux alentours des 10l/100 km !). En résumé, lorsqu’on sait que la CMP est aussi à la base de la prochaine Peugeot 208, on a hâte de l’essayer !

Rapport prix/équipement intéressant

En termes de technologies embarquées, la DS 3 Crossback ne manque de rien. Elle est même à la pointe dans son segment, avec le DS Drive Assist (conduite semi-autonome de niveau 2) ou encore les projecteurs matriciels DS Matrix LED Vision. En revanche, n’attendez pas de ce petit SUV qu’il puisse transporter des basketteurs : l’espace aux genoux à l’arrière est assez limité (du moins, derrière un « grand » conducteur), alors que le coffre de 350 litres est pourtant plus petit que celui de ses deux principales concurrentes que sont l’Audi Q2 et la Mini Countryman.

DS 3 Crossback

Avec une palette de prix qui va de 23.400 à près de 40.000 €, pas de doutes, le tarif de la DS 3 Crossback est plutôt premium mais, à équipement égal, elle reste très intéressante comparée à ses rivales.

Conclusion

Ce 2e enfant 100% DS comblera un public à la recherche de créativité et de luxe dans un SUV aux dimensions très raisonnables.

DS 1

La 3 Crossback 1.2 PureTech 155 So Chic en quelques chiffres

Moteur : 3 cylindres turbo à injection directe d’essence ; 1.199cc ; 155ch à 5.500 tr/min. ; 240Nm à 1.750 tr/min.

Transmission : aux roues avant.

Boîte : auto EAT 8 rapports.

L/l/h (mm) : 4.118/1.791/1.534

Poids à vide (kg) : 1.205

Volume du coffre (l) : 350

Réservoir (l) : 44

0 à 100 km/h (sec.) : 8,2

Prix : 30.950 € TVAC

Puissance : 155 ch

V-max : 208 km/h

Conso. mixte : 5,4 l/100km

CO2 : 123 g/km

Autres motorisations

1.2 PureTech 100 : 100ch ; 4,7l/100km ; 185km/h ; 23.400€ TVAC

1.2 PureTech 130 : 130ch ; 4,9l/100km ; 196km/h ; 29.200€ TVAC

1.5 BlueHDi 100 : 100ch ; 3,7l/100km ; 180km/h ; 25.400€ TVAC

1.5 BlueHDi 130 : 130ch ; commercialisation été 2019.

  • Univers DS
  • Design hors du commun
  • Qualité des matériaux
  • Confort et silence
  • Plateforme CMP vraiment bien née
  • Quelques détails de finition
  • Motorisations pas toujours très premiums
  • Consommation réelle 1.2 PureTech
Note de la rédaction : (4/5)