ESSAI Mercedes GLB : Born to kill !

Non, ceci n’est pas juste le 623e SUV du marché. Ce GLB suscite une certaine nervosité du côté de Munich !

ESSAI Mercedes GLB : Born to kill !

Une guerre sans merci oppose depuis plusieurs années deux grands de la planète automobile : Mercedes et BMW. Ce que l’un fait, l’autre le fait aussi. SUV haut de gamme, SUV coupé, coupé 4 portes… A chaque attaque sa contre-attaque. L’une de ces batailles a été assez cruelle pour Mercedes, puisque quand BMW lança le monospace Série 2 Active Tourer, la carrière du Classe B connut un ralentissement assez net, que la troisième génération du Mercedes n’a pas réussi à contrer. Pour récupérer ce que BMW lui a pris, Mercedes dégaine donc ceci, un SUV compact 5 ou 7 places, dont l’objectif est la fin de carrière du monospace BMW (programmée pour 2022), dont on sait déjà qu’il sera remplacé par… un SUV.

Une gueule

On dit que la fonction crée l’organe. C’est donc la nécessité de proposer 7 places qui a déterminé le style du GLB, un look carré qui contraste avec la ligne de toit plus ou moins plongeante et/ou la lunette arrière inclinée, norme actuelle de la catégorie. Le Mercedes a donc des airs de (petite) armoire à glace, de mini Classe G qui lui va extrêmement bien. Et la face avant assertive mais pas agressive se marie parfaitement au profil. Pour nous, voici un véhicule qui a vraiment une gueule, et ça nous plait.

Notez que même si nous le classons parmi les compacts, le GLB fait tout de même 4,63 mètres de long, ce qui n’est pas rien. Pour vous donner une référence, c’est à peine plus court qu’un Mercedes GLC. Mais c’est cette longueur, et l’empattement de 2,83 mètres, qui permet de dégager un habitacle qui nous a surpris par sa générosité. Il y a d’abord la hauteur générale du véhicule, qui donne une ambiance aérée et lumineuse à bord. En configuration 5 places, l’espace aux jambes offert par la banquette arrière est très au-dessus de la moyenne, et le coffre de 560 litres est lui aussi parmi les plus balèzes. Mais le plus étonnant est la configuration 7 places (optionnelle). Dans ses premiers communiqués à propos du GLB, Mercedes disait que les strapontins de coffre étaient réservés aux enfants. C’était trop modeste, car en ajustant bien la banquette centrale coulissante, on peut très correctement faire voyager 7 adultes à bord. Peut-être pas 7 adultes de 1,90 mètre, peut-être pas pendant plusieurs centaines de kilomètres, mais bref, retenez que le rapport encombrement/habitabilité du GLB est très convaincant.

Ce qui l’est un peu moins, c’est la qualité de finition de la planche de bord. Rien de scandaleux en soi, puisque c’est la nouvelle pratique courante chez à peu près tous les constructeurs : jolis plastiques moussés dans la partie haute, plastiques durs et creux moins nobles dans la partie basse. Soit, ça n’enlève rien à l’allure générale cossue du Mercedes, que rehausse évidement le contenu technologique, notamment de double-écran large du système MBUX. N’empêche, nous étions deux journalistes à bord à nous dire que les matériaux sont plus flatteurs dans… un Peugeot 5008. Ca fait un peu bizarre…

Un peu de tout

Dans le catalogue moteur, il y en aura pour tout le monde : 1.3 essence 163ch, 2.0 essence 224ch, trois déclinaisons du 2.0 diesel de 116, 150 et 190ch et même, pour les plus exigeants, une version 35 AMG, équipée d’un 2.0 litres essence de 306ch.

Transmission avant pour les essence et diesel de base, transmission intégrale pour les autres, boîte auto double embrayage 8 rapports pour tout le monde sauf pour le 1.3 essence, qui se contente de 7 rapports. Enfin, il existe un pack optionnel Offroad, qui se distingue principalement par un mode de conduite spécifique. Pas de quoi chatouiller un Land Rover Discovery Sport (seul concurrent direct du GLB), mais assez pour réellement aller faire joujou en hors-piste quand les conditions ne sont pas trop extrêmes, comme nous l’avons vérifié.

Un bref essai de la version 1.3 essence nous a permis de constater que même en entrée de gamme, le GLB affiche des performances à même de pleinement satisfaire le conducteur lambda, pour qui la route n’est pas un terrain de jeu. Un cran au-dessus, les 400 Nm du 220d (diesel 190ch) mettent en évidence un châssis très bien équilibré, qui ne rechigne pas à l’exercice de la conduite agressive sur petites roues sinueuses. Pour tout dire, l’actuelle Classe B est bien plus engageante dans ces conditions, grâce à des réglages un peu plus incisifs et à une direction offrant de meilleures sensations. Mais le GLB n’en est pas moins très compétent et très agréable. Les suspensions adaptatives optionnelles dont nous disposions affichaient une nette différence de comportement selon le mode utilisé : rigueur et parfaite maitrise du roulis en Sport, filtrage ouaté, un peu ondulant (type de confort d’après-nous injustement dénigré aujourd’hui) en mode confort.

Excellent dosage

Enfin, impossible de ne pas parler de la version AMG 35. Depuis quelque temps, AMG ne se contente plus d’élaborer des versions extrêmes des modèles Mercedes, mais propose aussi des itérations à la fois résolument sportives et assez raisonnables. Oui, aujourd’hui, 300 chevaux est considéré comme raisonnable ! Le GLB façon AMG n’a donc rien de caricatural. Il préserve un réel agrément familial au quotidien, et est capable de faire parler la poudre sans effrayer. Accélérations canons, sonorité expressive à haut régime, comportement encore un peu plus efficace avec une pointe d’esprit joueur en bonus… Une belle réussite.

Conclusion

Le GLB remplit parfaitement sa mission avouée d’être un véhicule familial 7 places. Reste à voir s’il remplira aussi sa mission secrète de tueur à gages. Sachant que le SUV a depuis longtemps tué le monospace, on s’attend à voir couler le sang munichois…

Le Mercedes GLB 220d 4Matic en quelques chiffres

Moteur : 4 cyl, turbodiesel, 1.951cc ; 190ch à 3.800tr/min ; 400Nm de 1.600 à 2.400tr/min.

Transmission : aux 4 roues.

Boîte : auto 8 rapports.

L/l/h (mm) : 4.634/1.834/1.658

Poids à vide (kg) : 1.735

Volume du coffre (l) : 560 – 1.755

Réservoir (l) : 60

0 à 100 km/h (sec.) : 7,6

Prix : 46.464 € TVAC

Puissance : 190 ch

V-max : 217 km/h

Conso mixte :  5,8 l/100 km

CO2 :  152 g/km

Autres motorisations

GLB 200 : 163ch ; 7,0l/100 km ; 207km/h ; 39.204 € TVAC

GLB 250 : 224ch ; 7,9l/100 km ; 236km/h ; 46.222 € TVAC

GLB 180d : 116ch ; 5,5l/100 km ; 188km/h ; 38.115 € TVAC

GLB 200d : 150ch ; 5,5l/100 km ; 204km/h ; 39.688 € TVAC

GLB 35 AMG : 306ch ; 9,2l/100 km ; km/h ; prix N.C.