ESSAI MG ZS EV : Le meilleur de deux mondes ?

C’était l’une des surprises du Salon : la présence de MG, qu’on n’avait pas vu à l’événement depuis une quinzaine d’années. On peut même dire que la surprise était triple…

ESSAI MG ZS EV : Le meilleur de deux mondes ?

Car en plus de retrouver une marque disparue des radars depuis 2005, on la redécouvrait non pas avec un roadster, mais avec un SUV, et 100% électrique de surcroit. Qu’est-ce que c’est que cet engin, et où était passée MG pendant tout ce temps !?

Repli stratégique

Tout commence (ou tout s’arrête) en 2005, quand le groupe MG Rover est définitivement mis en faillite. Un groupe chinois achète les restes, à savoir les bureaux et l’usine de Longbridge, ainsi que les droits intellectuels sur la marque MG. Après cela, MG n’a pas disparu, elle a opéré un repli stratégique sur le seul marché britannique. Rapidement, les modèles MG de l’époque (dont le roadster TF, resté en production jusqu’en… 2011 !) prennent le chemin de la Chine, et le nouveau propriétaire met aussi en chantier de nouveaux modèles. Apparaissent successivement une citadine, une familiale compacte et, inévitablement, des SUV. Parmi lesquels le ZS ici présent, lancé en Grande-Bretagne en 2017. Bref, ce retour en Europe continentale n’est pas une résurrection, c’est un redéploiement. Et quand les modèles classiques, qui rapportent de l’argent, auront assuré la pérennité de la marque, alors elle pourra revenir à ses premières amours. Nostalgiques, réjouissez-vous : un coupé sportif MG est au programme de 2021 !

Une première

Pour préserver l’ancrage européen dont les clients chinois raffolent, le siège social de MG, le bureau de design et un des quelques centres de développement sont toujours à Longbridge. L’usine par contre, après un ralentissement progressif de son activité, a été définitivement fermée en 2016. L’Anglaise que nous essayons aujourd’hui est donc en fait la toute première voiture chinoise importée chez nous par les canaux officiels. Mais pas de panique ! Nous le répétons, MG n’a jamais cessé de vendre des voitures au Royaume-Uni, ce qui signifie qu’elles sont conçues avec un souci très européen de qualité et de sécurité. Rien à voir avec les voitures chinoises strictement conçues pour leur marché local, que certains importateurs indépendants ont tenté de vendre ici sans grand succès. Sachez par exemple que le MG ZS a obtenu 5 étoiles Euro NCAP. Et quand nous parlerons tarifs, vous allez voir que le chinois, ça a du bon !

Pour finir de vous rassurer, sachez que l’importation est assurée par le groupe Alcomotive, qui distribue déjà chez nous Hyundai, Suzuki, Isuzu, SsangYong et Maxus. C’est donc du sérieux. Il y a déjà sept concessionnaires pour la Belgique, dont vous trouverez la liste sur le www.mgmotor.be.

Générique

Voici donc le MG ZS EV, SUV 100% électrique de la catégorie des Peugeot 2008 et autres Renault Captur. Disons-le, son atout ne sera pas un look à tomber à la renverse. Loin d’être vilain, le design est tout de même très générique et on a l’impression d’avoir déjà vu tout ça chez Mazda, Hyundai ou autres marques asiatiques. Mais avouez que ce ne sont pas de mauvaises références !

Idem dans l’habitacle, à la présentation très classique. Mais la bonne surprise vient de la qualité générale. Les matériaux sont dans la moyenne, et l’assemblage est sérieux. Faut dire que SAIC, le propriétaire de MG, est aussi le partenaire de VW pour l’assemblage de voitures en Chine. Ca doit jouer. Il est d’ailleurs amusant de retrouver dans le ZS le panneau de commande de toit ouvrant de chez VW, ou les ouïes de ventilations rondes de l’Audi A3.

A défaut d’être sexy, l’habitacle du MG est plutôt spacieux pour la catégorie, assez grand pour accueillir 4 à 5 adultes dans de bonnes conditions. Quant au coffre de 470 litres, il est peut-être le plus généreux du segment. En résumé, on se dira que pour le prix demandé, on est très, très loin d’être volé.

Imbattable

Parlons-en, du prix. 30.895 euros pour la finition de base Comfort, qui reçoit en série la clim (uniquement manuelle pour le moment), un système multimédia à écran tactile avec GPS, radio DAB, Apple Car et Android Auto, le siège conducteur électrique, la caméra de recul, la surveillance d’angle mort, l’aide active au maintien de voie, le cruise-control intelligent, la conduite semi-autonome sur autoroute, les feux de route automatiques, etc. La seule autre finition est la Luxury à 2.000 euros de plus, qui ajoute l’intérieur cuir, les sièges chauffants, un toit ouvrant panoramique et autres détails. Une seule option : la peinture métal. Tout cela, rappelons-le, dans une voiture électrique, coûteuse par définition. La même chose dans un Hyundai Kona Electric ou un Peugeot e-2008 ? Ca fera 5.000 à 7.000 euros de plus, s’il vous plait !

Seconde voiture

Le ZS en chiffres, c’est 140ch, 353Nm, des batteries de 44 kWh offrant une autonomie WLTP de 263 km, et un chargeur embarqué de 7 kW autorisant une recharge totale sur Wallbox en 5 heures, et 80% de charge en 40 minutes sur borne rapide.

Durant notre essai dans les Ardennes, nous ne l’avons pas ménagée, l’autonomie. Car nous voulions savoir ce qu’il restait de l’âme sportive de MG. Il en reste des traces. D’abord, les 353 Nm délivrés instantanément procurent des relances en sortie de virage extrêmement joyeuses, qui ne viennent que rarement à bout du train avant. Train avant dans lequel on sent que le souci de précision à l’anglaise n’a pas disparu. Et quand sous-virage il y a, un lever de pied ou une pichenette sur les freins font gentiment pivoter le train arrière pour corriger le tir. Il y a donc moyen de s’amuser un peu, mais les sensations sportives ne sont pas vraiment là. C’est plutôt le confort du MG qu’on apprécie, entre insonorisation soignée et amortissement prévenant, doublé d’un maintien de caisse perfectible mais satisfaisant.

Durant plus de la moitié du parcours, nous ne nous sommes donc pas retenus. Ensuite, nous avons vraiment joué le jeu de la voiture électrique et de l’économie. Anticiper, laisser aller la voiture autant que possible en descente et à l’approche des carrefours, utilisation optimale du « One Pedal Drive » (réglable sur trois niveau de force de décélération)… Et au final, malgré nos séances engagées, malgré le froid et la pluie qui imposait l’utilisation du chauffage et de la clim, nous avons relevé une autonomie réelle de 220 km. En n’utilisant que le mode éco de la voiture et en nous montrant raisonnables dès le début, nous aurions très probablement obtenu les 263 km promis, et peut-être même un peu plus. N’est-ce pas plus qu’il n’en faut, pour une seconde voiture du ménage ?

Conclusion

D’accord, un SUV anglo-chinois n’est peut-être pas encore la MG dont on rêve. Mais le mélange des savoir-faire est plutôt convaincant et une petite familiale électrique à 30.000 euros, c’est tentant !

Le ZS EV en quelques chiffres

Moteur : Electrique ; 140ch ; 353Nm.

Transmission : aux roues avant.

Boîte : auto 1 rapport.

L/l/h (mm) : 4.314/1.809/1.644

Poids à vide (kg) : 1.491

Volume du coffre (l) : 470 – 1.166

Batteries (kWh) : 44

0-100 km/h (sec.) : 8,2

Prix : 30.895€ TVAC

Puissance : 140 ch

V-max : 140 km/h

Conso mixte : 18,6 kWh/100km

Autonomie WLTP : 263 km