ESSAI Porsche 911 4S Cabrio : La toile au service du plaisir

Il n’aura pas fallu longtemps, d’un salon (Los Angeles) à l’autre (Genève) pour que Porsche enchaîne coupé et cabriolet 911. Quatre mois et l’arrivée du printemps pour « découvrir » la carrosserie rutilante coiffée de sa toile magique…

ESSAI Porsche 911 4S Cabrio : La toile au service du plaisir

La 992 Cabrio va vous étonner par ses lignes pures, proches de celles du coupé. Elle le doit à sa toile dotée d’un système électrohydraulique complexe. Des renforts en magnésium garantissent aussi la rigidité de cet ensemble. La manœuvre d’ouverture s’effectue d’un seul mouvement, en 12 secondes et en roulant jusqu’à 50 km/h. Autre étonnement avec l’apparition du filet “anti-remous”. Souvenez-vous de l’époque où, sur les cabriolets haut de gamme, il fallait le sortir de sa housse et passer des plombes à essayer de le déplier! Ici, deux secondes (oui deux!) et il est prêt à vous protéger des assauts venteux. Et de vent et de pluie, nous n’en avons pas manqué lors de notre essai en Grèce, un comble ! A tel point que nous n’avons testé la capote que fermée, même si les ingénieurs nous promettaient l’absence d’eau à bord… pour autant que nous restions au-delà des 90 km/h ! Bref, c’est bien au chaud et à l’abri d’une toile épaisse – quasi absence de bruits aérodynamiques de ce côté – que nous avons débuté cet essai…

Boîte auto juste exceptionnelle

Sous le capot arrière, le 3 litres turbo a été entièrement repensé et optimisé, notamment au niveau des échangeurs d’air désormais placés en position supérieure. C’est aussi cela qui donne cet aspect massif à la poupe. Un bloc évidemment identique au coupé, avec une puissance plus élevée de 30 chevaux par rapport à l’ancienne génération : 450 unités sur les Carrera S et 4S, seules versions proposées pour l’heure. La boîte automatique PDK compte quant à elle huit rapports, dont les passages ultras fluides ne cesseront de nous émerveiller.

Au volant, le conducteur retrouve bien évidemment tous les ingrédients de la planche de bord du coupé. Au menu, de grands écrans digitaux mais un “préhistorique” cadran analogique pour le compteur de vitesse. Nostalgie quand tu nous tiens ! Par contre, pas de nostalgie quand il est question du comportement routier, sauf peut-être pour ceux qui vénèrent encore les envolées des trains arrière légendaires des “vieilles” 911…

Du plaisir, quel que soit le niveau

Ceux-là pourront débrancher toutes les aides à la conduite (et il y en a un paquet !) pour s’offrir quelques émotions fortes. Mais si vous êtes d’humeur plus posée, sans doute apprécierez-vous les garde-fous comme ce mode “Wet” (chaussées humides) proposé par la voiture grâce aux capteurs de pluie intégrés sous la carrosserie. Alors oui, dans ce cas, la conduite devient forcément “normale” avec un ESP hypersensible et une pédale d’accélérateur moins vive. Mais pour l’avoir testée sur ces routes athéniennes détrempées, l’auto demeure généreuse en sensations.

Passée l’averse, reprise de l’essai en mode normal. Première chose à noter, la rigidité de l’ensemble. Même sur des routes cabossées, en virages et à haute vitesse, aucun signe d’alerte : un travail impressionnant ! Preuve aussi que les ingénieurs ont peaufiné la bête : la possibilité d’opter pour le châssis sport et la suspension pilotée, une première pour une Porsche cabriolet. Le confort est aussi au rendez-vous tant au niveau de l’insonorisation que des suspensions et ce malgré les grandes roues (20″ à l’avant, 21 à l’arrière). S’il fallait un seul mot pour qualifier le comportement de la 911 cabrio, ce serait “facile”. Les quatre roues directrices inscrivent parfaitement l’auto dans les virages qu’elle aborde dans une totale sérénité. Les 70 kg supplémentaires (par rapport au coupé) dus à la rigidification? Imperceptibles ! Pour l’anecdote sachez encore que la boîte de vitesses recèle un espace vide pour, nous a-t-on dit chez Porsche, pouvoir loger un futur moteur électrique… Une 911 hybride, impensable voici encore dix ans, réalité dans peu de temps !

Conclusion

Elle est (très) belle, cela ne fait aucun doute. Mais la 911 propose bien plus que sa plastique aguichante. A son volant, rien n’est plus facile que de se faire plaisir. Du plus novice au plus confirmé des pilotes, l’allemande s’adapte et propose des prestations de premier plan. Pas loi du sans-faute!

La 911 4S Cabrio en quelques chiffres

Moteur : six cylindres à plat, essence, bi-turbo, 2.981cc ; 450ch à 6.500tr/min ; 530Nm de 2.300 à 5.000 tr/min.

Transmission : aux 4 roues.

Boîte : automatique 8 rapports PDK

L/l/h (mm) : 4.519/1.852/1.299

Poids à vide (kg) : 1.635

Volume du coffre (l) : 132

Réservoir (l) : 67

0 à 100 km/h (sec.) : 3,8

Prix : 131.382 € TVAC

Puissance : 450 ch

V-max : 304 km/h

Conso. moyenne : 9 l/100km

CO2 : 207 g/km

Clock iconDerniers articles

Close

Voici pourquoi les voitures vont bientôt devenir nettement plus chères !

L’Audi R8 poursuit sa carrière en deux roues motrices

Maserati : une concession digne des Mille et Une Nuits

L’électrique moins chère que l’essence !

SCOOP : Une nouvelle Nissan Z dans le pipeline !

Des autoroutes limitées à 100 km/h aux Pays-Bas ?

5 raisons pour lesquelles nous voulons tous un Stelvio (maintenant !)

Le succès de la Fiat Tipo expliqué – et pourquoi vous devriez en acheter une !

Un détail sous le capot de cette petite Honda va envoûter les amateurs !

Pourquoi les hommes préfèrent-ils ce SUV ?

wifi iconLes nouvelles en direct