Rappelons, pour ceux qui n’auraient pas suivi l’épisode précédent, ce que représente cette Tarraco : c’est la grande sœur de l’Ateca et cousine des VW Tiguan All Space et Skoda Kodiaq. Avec 4,74 mètres de long, l’engin en impose et propose jusqu’à 7 places. Sur le plan stylistique, le Tarraco innove car il est le premier de la marque à adopter le nouveau coup de crayon des designers de chez Seat. Dans l’habitacle, il est aussi le seul à adopter, de série, le “Cockpit Digital” qui comprend, comme son nom l’indique, un tableau de bord personnalisable à souhait. L’écran central de la planche de bord a également été entièrement revu. Idéalement positionné, on pourrait le confondre avec une tablette tactile. Le tout se manipule aisément, avec une lecture exemplaire.

seat

Trois motorisations sont proposées par Seat : en essence, les 1.5 TSI 150ch et 2.0 TSI 190ch (avec 4×4 et boîte auto DSG) ; en diesel, le 2.0 TDI en version 150 (4×4 et DSG en option à 3.900€) ou 190 chevaux (avec 4×4 et DSG). Même si ce carburant reste intéressant pour qui réalise au minimum 30.000 km par an, le diesel n’est plus trop à la mode. Nous avions testé la version essence 1.5 TSI (7,3l/100km), polyvalent et suffisamment puissant. L’essai routier nous avait montré un comportement plutôt neutre doublé d’un excellent amortissement.

A l’épreuve de l’Atlas

Quelle ne fut pas notre surprise quand Seat nous a conviés à venir (ré)essayer son grand SUV dans le Sud marocain ! De la piste caillouteuse, du sable fin et des dunes à n’en plus finir… Ce n’est certes pas le domaine de prédilection des SUV actuels mais la branche espagnole de VW voulait par-là nous démontrer de quoi le leur était capable. Notez d’ailleurs que c’est la première fois que le groupe “joue” cette carte, preuve étant faite que le constructeur espagnol veut se mettre en avant. Notre périple a débuté sur de la piste plane et, mis à part quelques cailloux, rien de bien méchant à l’horizon. Seule concession à l’exercice du jour : des pneus Michelin adaptés au (vrai) tout terrain.

4Drive

Sous le capot, le 2.0 TDI, boîte DSG et les quatre roues motrices baptisées ici “4Drive”. Coté performances, pas de craintes à avoir avec un 0 à 100 km/h en moins de 10 secondes mais, surtout, de “costaudes” reprises grâce aux 340 Nm disponibles à bas régime.

4Drive, l’autre nom de l’Haldex

Situé sur l’essieu arrière, le système électrohydraulique (type Haldex) se situe à l’extrémité de l’arbre de transmission, juste devant le différentiel arrière. Une configuration qui présente deux avantages : meilleure répartition du poids et réduction du temps de réaction du système car le cardan est toujours relié au moteur. La Tarraco fonctionne comme n’importe quel autre véhicule à traction avant dans des conditions de conduite normales. L’arbre d’entraînement qui transmet la puissance à l’essieu arrière tourne alors librement, réduisant la résistance. En revanche, si les conditions deviennent plus difficiles, l’essieu arrière est enclenché dès que le système détecte le patinage des roues avant. Une fois enclenché manuellement, le 4Drive permet de répartir la puissance à égalité entre l’avant et l’arrière (50% – 50%), et même d’envoyer instantanément toute la puissance à l’essieu arrière. Les différentiels avant et arrière utilisent l’aide électronique (EDS), qui va bloquer la roue qui patine. Très à l’aise sur les pistes, toute cette technologie s’est mise en avant lors de nos passages dans les dunes. Pneus dégonflés (sinon c’est le “pelletage” garanti !), la traction permanente prouve son efficacité. Finalement, seuls la hauteur du seuil et les angles avant et arrière (moins prononcés que sur un véritable 4×4) limitent quelque peu les évolutions en terrains accidentés.

Conclusion

Voici la preuve qu’une Tarraco, efficace et confortable sur la route, gagne notre respect quand elle sort des sentiers battus. Et comme le dit si bien le dicton: “Qui peut le plus, peut le moins”. Voilà donc un gage de sérénité pour les futurs acquéreurs !

7

La Tarraco 2.0 TDI 150 -DSG – 4Drive en quelques chiffres

Moteur : 4 cylindres turbo diesel ; 1.968cc ; 150ch à 3.500tr/min ; 340Nm à 1.750tr/min.

Transmission: aux quatre roues.

Boîte : DSG 7 rapports.

L/l/h (mm) : 4.735/1.839/1.658

Poids à vide (kg) : 1.803

Volume du coffre (l) : 760 (version 5 places)

Réservoir (l) : 60

0 à 100 km/h (sec.) : 9,8

Prix : 40.310 € TVAC

V-max : 198 km/h

Conso. mixte : 6,8 l/100km

CO2 : 178 g/km

  • Amortissement
  • Prix/équipement
  • Ambiance habitacle/cockpit Digital
  • Image haut de gamme
  • Efficacité en tout terrain
  • Finition et matériaux à perfectionner
  • Modularité pas au niveau d’un monospace
  • Seuil relativement bas (pour le tout terrain)
Note de la rédaction : (4/5)