Le Partner profite du saut de génération pour changer d’appellation, préférant désormais se faire appeler Rifter. Un changement de patronyme qui s’accompagne d’un caractère bien pus affirmé, avec une face avant plus audacieuse et bien différenciable de ses cousins, et de faux airs de SUV.

Mais c’est surtout à bord que le Rifter surprend puisqu’il reçoit lui-aussi le poste de conduite i-Cockpit : volant à méplat, cadrans haut placés et écran tactile central sont donc de rigueur, et étonnent dans cet univers souvent très rationnel. L’équipement se calque quant à lui sur ce qui se fait sur les autres modèles du groupe, et adopte donc les dernières technologies d’aide à la conduite ; de même que les astucieux rangements déjà détaillés par ailleurs.

Proposé en deux longueurs d’empattement, le Rifter pourra embarquer cinq ou sept passagers. Sa gamme de motorisations comprendra les 1.5 BlueHDI et 1.2 THP comme ses confrères, et le dispositif GripControl sera proposé.

Mais Peugeot se distinguera en proposant dans quelques mois une véritable déclinaison 4×4, construite en partenariat avec Dangel. Une originale version préfigurée par le concept taillé pour l’aventure également visible au salon helvétique.