Sécurité routière

Un accident mortel coûte 7,5 millions d’euros

Pour faire face à la crise énergétique, la Wallonie a décidé de procéder à des économies d’énergie en éteignant l’éclairage sur les autoroutes la nuit. Gain escompté : 400.000 euros en 2022. Cela dit, la mesure fait bondir VIAS qui indique que cette économie est bien inférieure au coût d’un seul accident mortel.

David Leclercq David Leclercq | Publié le 23/09/2022 | Temps de lecture : 2 min

Pour répondre à la crise énergétique qui frappe le monde entier et particulièrement l’Europe, la Wallonie a décidé de prendre des mesures d’économies, notamment sur les routes. Depuis ce 19 septembre, décision a été prise de couper l’éclairage public sur les autoroutes du sud du pays, et ce de 22h00 à 05h00 du matin. Au total, ce sont plus de 20.000 points lumineux qui seront éteints. En revanche, 5.000 d’entre eux resteront allumés, tout simplement parce qu’il s’agit encore d’anciennes technologies qui ne permettent pas une modulation aussi aisée.

Selon les autorités, l’économie devrait s’élever à quelque 400.000 euros sur l’ensemble de l’année 2022 et donc bien plus si la mesure devait être prolongée en 2023. Cela dit, cette mesure d’économie n’est pas au goût de VIAS, l’Institut pour la sécurité routière, qui indique que les citoyens et la société en général ont probablement bien plus à perdre qu’à gagner avec cette situation.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

La Wallonie à prendre en exemple ?

crash

Pour VIAS, éteindre les lampes la nuit n’est pas une bonne idée, car la situation en Wallonie est déjà optimale du point de vue technique : plus de 20.000 points lumineux sont déjà de technologie LED et sont dimmables, ce qui réduit fortement la consommation. Selon VIAS, la Wallonie serait même prise en exemple par la Flandre qui se met seulement à la modernisation de son éclairage public autoroutier.

Et VIAS de rappeler aussi que les économies générées (400.000 euros) ne représentent en fait pas grand-chose en regard du coût pour la société d’un tué sur la route. Celui-ci est estimé par l’Institut à 7,5 millions d’euros, une somme ce qui englobe tout et notamment les années où la personne aurait contribué à l’activité économique du pays si elle n’était pas morte. Le coût d’un accident avec un blessé grave est, lui, estimé à 1 million d’euros. Dans le même ordre d’idées, un accident qui n’entraînant que des blessures légères est estimé à 75.000 € et celui qui n’est caractérisé que par des dégâts matériels à 5.000 € ».

Ce n’est évidemment pas rien et cela pose évidemment question sur l’intérêt d’éteindre les autoroutes puisque, dans ce cadre, un seul blessé grave réduirait la perspective d’économie à néant.

Cela dit, VIAS ne pense toutefois pas qu’il y aura une augmentation du nombre de tués sur la route suite à cette mesure d’économie, en particulier parce que les accidents qui surviennent la nuit sont dus essentiellement à la fatigue, à l’alcool ou aux excès de vitesse. En outre, VIAS indique que les sorties et autres échangeurs restent, eux, éclairés. C’est une bonne nouvelle, car, selon les statistiques, 30% des accidents surviennent sur ces lieux. Quoi qu’il en soit, il faut donc rester prudent, même si les études montrent que les conducteurs semblent faire plus attention quand il n’y a pas d’éclairage.

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité