On ne peut pas vraiment présenter le diesel comme un carburant propre. Pour autant, la technologie a bien évolué avec l’apparition du filtre à particules et les dernières normes. De plus, face à l’essence, le diesel peut très souvent se targuer d’émissions de CO2 inférieures et d’une meilleure consommation.

À l’avenir, ce carburant ne risque donc pas de disparaître. Il intéressera toujours les gros rouleurs, ceux qui ont besoin d’un couple important, qui intéressés par une faible consommation et/ou des émissions de CO2 limitées.

Le Bureau fédéral du Plan prévoit d’ailleurs que le diesel devrait encore compter 34% de parts de marché en 2030 et 29% en 2040. Bien loin de ceux qui pensent que l’avenir sera tout électrique…