Essais auto

ESSAI Mazda MX-30 : Bon pour la sécurité routière…

Exactement une semaine après les récentes chutes de neige, Mazda nous a offert un MX-30 tout neuf et entièrement chargé, le SUV 100% électrique de la marque. Si nous avons souffert de “l’angoisse de l’autonomie” en raison du temps froid, vous pouvez le lire dans ce test.

Joris Bosseloo Joris Bosseloo | Publié le 14/03/2021 | Temps de lecture : 5 min

Tout d’abord, un peu plus sur le MX-30. Il s’agit d’un SUV, mais avant tout d’une voiture électrique qui veut être aussi verte que possible. Par exemple, son intérieur est recouvert de matériaux recyclés, du tissu recyclé pour les portes (celles de l’arrière s’ouvrent en sens inverse, nous y reviendrons plus tard) au cuir végétal pour les sièges, en passant par le liège pour la console centrale. En plus, sa batterie est si petite qu’elle laissera le moins de déchets possible lorsqu’elle passera un jour à l’usine de recyclage.

Mazda MX-30 interieur

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Bien fait, Mazda, mais…

Une batterie d’à peine 35,5 kWh – à titre de comparaison, la Porsche Taycan a 93,4 kWh – signifie également une faible autonomie, un problème que Mazda a tenté de limiter en rendant le MX-30 aussi léger que possible. Les ingénieurs ont fait de leur mieux, mais ce SUV (fort de 144 ch) pèse tout de même environ 1,7 tonne. Ce n’est pas mal pour un véhicule électrique, mais il est environ 200 kg plus lourd que son concurrent français, le Peugeot e-2008, qui est même équipé d’une batterie de 50 kWh. Sans surprise, l’autonomie de ce dernier est supérieure (320 km cités, environ 260 km selon des mesures réalistes) et ce pour seulement 40 euros de plus, puisque la Mazda et la Peugeot coûtent respectivement 33.490 et 33.530 euros.

Dans la vraie vie

Comme indiqué ci-dessus, dans la vraie vie, l’e-2008 de Peugeot parcourt environ 50 km de moins que ce qui est annoncé. Il en va de même pour le MX-30, dont l’autonomie est déjà très faible selon les mesures WLTP. Immédiatement après avoir pris place dans la voiture, nous avons été confrontés à un revers : l’ordinateur de bord indiquait une autonomie de seulement 147 km avant même d’avoir parcouru un seul mètre, ce qui, pour quelqu’un qui n’a pas de station de recharge devant sa porte, provoque immédiatement un sentiment d’inconfort. Parce que la température extérieure était décevante ? C’est en effet l’un des facteurs qui influence négativement l’autonomie d’une voiture électrique.

Calmement

Moins d’une minute après le départ, le MX-30 indiquait plusieurs kilomètres en moins. Douloureux, car notre pied droit n’était même pas entré en profondeur, au contraire. Cela ne se produirait jamais pendant la semaine de l’essai, ne serait-ce que pour économiser la batterie. Couper le chauffage, peut-être ? Bingo : parce que soudainement, l’autonomie promise a augmenté à nouveau. Juste pour être sûrs, nous avons également éteint la radio – on ne sait jamais.

MX-30 dials

Sur le chemin du retour, la vitesse était faible. Si lente en fait que presque tout le monde nous dépassait sur l’autoroute. C’était aussi une question de stratégie : se glisser dans le sillage des camions roulant à droite pour diminuer la résistance semblait un excellent plan. Néanmoins, après plus de 30 km, un quart (!) de la batterie était utilisé.

Vive le supermarché !

Comme on l’a dit, votre serviteur n’a pas de station de recharge devant la porte, et encore moins de wallbox dans le garage. Et comme le travail à domicile est la norme de nos jours, je n’ai pas pu connecter le MX-30 à un chargeur rapide au bureau de Gocar.be. Oui, la peur de la batterie plate était déjà là. Heureusement, ce fut une semaine tranquille, dans le sens où nous avons dû conduire tous les jours, mais jamais sur de longues distances. Des balades autour du clocher de l’église, comme on dit. Pourtant, à mi-chemin de la période d’essai, il est arrivé un moment où il ne restait que 31% de la capacité, ce qui correspond à une autonomie de 49 km. En principe, c’est suffisant pour revenir chez Mazda, mais nous ne voulions pas prendre ce risque et nous voulions toujours être mobiles. La solution ? Recharge gratuite au supermarché !

Une petite demi-heure de shopping

Le supermarché dispose de deux stations de recharge, dont l’une était occupée par une hybride rechargeable à notre arrivée. Cela semblait un peu injuste, car un tel modèle pourrait bien sûr continuer à fonctionner à l’essence. Pas de quoi se plaindre bien sûr, car la place restante était pour notre Mazda et de plus c’était la borne la plus puissante disponible (DC 50kW). Nous avons branché le chargeur et sommes allés faire des courses, en espérant que l’autonomie augmenterait considérablement.

MX-30 profile

Une petite batterie se vide plus vite, bien sûr, mais elle doit aussi se remplir plus vite. Après la séance de shopping, qui a duré moins d’une demi-heure, la capacité est passée à 63%, ce qui signifie une autonomie théorique de 98 km. Cela devrait nous permettre de tenir un certain temps, et cela ne nous a pas coûté un centime, mais nous espérons toujours plus.

Recharger de nouveau…

Un jour avant que le MX-30 ne doive rentrer au garage, l’autonomie avait logiquement chuté à nouveau, cette fois à 61%. Il était à ce moment 18h08 pile. Exactement 25 minutes plus tard, la même prise que la fois précédente a été branchée et la Mazda a prédit qu’elle pourrait parcourir 96 km supplémentaires (61% d’autonomie). Plus qu’assez, au moins pour couvrir la distance restante.

MX-30 engine

Le seul voyage qu’il restait donc à faire était de se rendre chez l’importateur pour ramener le MX-30 à sa maison. Une fois de plus, nous avons parcouru environ 30 km, mais comme il faisait déjà plus chaud et que nous avons choisi un autre itinéraire avec moins d’autoroutes, nous avons laissé le SUV électrique avec une autonomie de 45%, ce qui est en principe suffisant pour 70 km. Mieux que prévu !

Conclusion…

Mazda MX-30 rear

Le MX-30 confirme ce que beaucoup de gens affirment à propos des VE, à savoir qu’ils ne conviennent pas à tous les utilisateurs. En revanche, il faut reconnaître que ce crossover se conduit très bien, qu’il a tout sauf l’impression d’être lourd et qu’il fait une bonne action pour l’environnement en étant équipé d’une mini-batterie. Ce que nous avons moins apprécié, ce sont les portes dites “suicide” à l’arrière, qui s’ouvrent à l’inverse. D’une part parce que l’accès est sérieusement entravé – le conducteur ou le passager à l’avant doivent même défaire leur ceinture de sécurité pour laisser quelqu’un s’asseoir à l’arrière et l’installation d’un siège enfant est moins évidente que dans une cinq portes ordinaire – mais dans l’ensemble, la semaine d’essai a été meilleure que prévu. Grâce au supermarché voisin, nous n’avons pas souffert de “l’angoisse de l’autonomie”, mais l’autonomie reste néanmoins un problème. Il y a tout de même un point positif : cette Mazda oblige son conducteur à conduire le plus calmement possible, ce qui est bénéfique pour la sécurité routière. Dans cette voiture, vous gargouillez presque de plaisir lorsque vous devez freiner pour une voiture qui vous précède, car au moins une partie de l’énergie est récupérée. Chaque inconvénient a un avantage.

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité