1. Peugeot 401 Eclipse

401

Dès les années 30, Peugeot osait proposer un coupé-cabriolet à toit rétractable. Mais à l’époque, l’avancement technique était loin d’être ce qu’il est aujourd’hui, et le toit n’était donc pas articulé. C’était donc l’ensemble du pavillon qui, via un système de tringlerie, glissait vers l’arrière pour se cacher dans la malle, redimensionnée en conséquence. Inutile de dire que plus encore qu’avec les coupé-cabriolet modernes, il fallait choisir entre les bagages et la conduite cheveux au vent, les deux étant incompatibles.

2. Porsche 991 Targa

991 Targa

Reprenant les traits de la Targa première du nom (notamment avec son arceau façon alu), la Porsche 991 Targa dispose en revanche d’un système de toit ultramoderne. En actionnant la commande de la capote, c’est toute la bulle arrière qui se soulève. Deux parties mobiles situées sur les angles de l’arceau se rétractent alors pour permettre au mécanisme de glisser le toit sous la lunette. Et tout reprend sa place pour préserver l’élégance de la ligne une fois le toit bien rangé.

3. Ferrari 575M Superamerica

2005 Ferrari Superamerica

Série spéciale de la 550 Maranello, la 575 M Superamerica étonne par son toit entièrement vitré. Mais sa vraie particularité est à chercher dans sa cinématique. En effet, celui-ci ne se replie pas à l’arrière comme sur une coupé-cabriolet traditionnel. Ici, il pivote autour d’une charnière centrale pour se retourner derrière les occupants. Un dispositif étonnant qui sera repris bien des années plus tard par… la Renault Wind.

4. Citroën C3 Pluriel

C3

La Pluriel, c’était un peu la voiture à tout faire de Citroën. Une sorte de Mehari des temps modernes. Citroën la présentait comme quatre voitures en une : Citadine ; découvrable en coulissant la toile jusqu’au-dessus de la lunette, puis en repliant le tout sous le plancher de coffre via un ingénieux système de vérins ; vrai cabriolet en démontant les arches latérales. Enfin, pick-up en repliant les sièges arrière. Avec un peu de pratique, tout cela est moins fastidieux qu’il n’y paraît.

5. Renault Spider

Sport Spider

Ici l’originalité du système de capote réside dans…son absence. En effet, conçue pour un usage assez extrême et voulue allégée au maximum, la Renault Spider ne disposait d’aucun toit. A vrai dire, les premières versions étaient même dépourvues de pare-brise (qui arrivera ensuite en option). Plusieurs équipementiers ont tenté de pallier cette absence, mais jamais avec beaucoup de bonheur.