4 usines Renault menacées, dont le site Alpine ?

Un article paru le mercredi 20 mai a – c’est le moins que l’on puisse écrire – fait couler beaucoup d’encre et généré de nombreux clics ces dernières 48 heures. Le constructeur automobile français Renault envisagerait de fermer et/ou restructurer quatre sites en France, dont celui de Flins (Zoe, Nissan Micra), mais aussi celui de Dieppe où est produite l’Alpine A110…

4 usines Renault menacées, dont le site Alpine ?

Les deux autres sites cités par le Canard sont Choisy-le-Roi (moteurs, boîtes de vitesses) et les Fonderies de Bretagne. Ces deux derniers seraient d’ailleurs les premiers sur la liste des “priorités”. Un comble alors que l’Etat français a récemment garanti un prêt de 5 milliards d’euros au constructeur.

Cela dit, l’article du Canard enchaîné précise que, selon un analyste, “le Gouvernement est contraint de laisser l’entreprise faire le ménage pour ne pas qu’elle coule”. Pour ce qui concerne le site historique de Flins, l’échéance serait plus étendue, en stoppant progressivement l’assemblage de modèles qui seraient, sans doute, délocalisés.

Autant dire que dans l’Hexagone, c’est tout un pays qui retient son souffle. L’usine de Flins est la plus importante et ancienne du Groupe Renault, elle s’étend sur 237 hectares à une quarantaine de kilomètres de Paris. Elle occupe actuellement environ 2600 salariés. C’est aussi là que la marque produisait jusqu’il y a peu la Clio, unbestseller, mais ce modèle est désormais entièrement délocalisée en Turquie.

En termes d’emplois, les autres sites de Dieppe, Choisy-le-Roi et les Fonderies de Bretagne occupent, ensemble, un bon millier de travailleurs.