C’est en tout cas le cas chez Velodyne, la société californienne qui fournit de nombreux  constructeurs automobiles et compagnies hi Tech. Une situation qui n’est pas sans créer quelques désagréments ni mettre en retard certains programmes de recherche. L’université de Waterloo en Ontario (Canada) a notamment dû mettre son travail sur la mobilité autonome entre parenthèses, faute de pouvoir se procurer un nouveau lidar.

Velodyne vient toutefois d’inaugurer une usine flambant neuve. Celle-ci devrait permettre à l’entreprise de répondre à la demande croissante pour livrer quelque 10.000 lidars cette année.