Marché auto

Renault s’associe avec Geely

Renault va coopérer avec le chinois Geely pour commercialiser des véhicules hybrides et électriques sur les marchés asiatiques. Trop importants, ces derniers ne peuvent plus être ignorés par les marques automobiles occidentales.

Écrit par Alain De Jong | 11/08/2021

Automotive News rapporte que Renault et le groupe Geely Holding ont conclu un accord pour soutenir l’expansion de la marque française sur le marché chinois et d’autres marchés asiatiques.

Renault était déjà présent en Chine depuis un certain temps, mais avec un autre partenaire, Dongfeng. Mais cette collaboration a pris fin en avril 2020. L’accent a été mis principalement sur les véhicules commerciaux et les voitures électriques destinés au marché chinois.

Avec cet accord, Renault veut relancer ses activités dans la région, en privilégiant la Chine et la Corée du Sud. Dans un premier temps, l’objectif est de commercialiser plusieurs modèles hybrides sous le label Renault.

Ces derniers utiliseront la technologie et les installations de production de Geely. Ici, le constructeur français se concentrera sur les ventes et le marketing. Par la suite, les deux marques développeront et commercialiseront également des véhicules électriques communs.

Geely a déjà coopéré avec des partenaires occidentaux par le passé. Par exemple, un accord a été conclu avec Daimler en 2019. Il consistait à commercialiser des voitures électriques dotées de la technologie Geely sous le label Smart par le biais du réseau de concessionnaires Daimler. Le consensus avec Renault est basé sur un modèle similaire, mais les entreprises soulignent que les deux partenariats restent totalement distincts.

La fin de l’alliance Renault-Nissan ?

Alliance Nissan Renault

Il reste à voir quel sera l’impact de cet accord avec Geely sur l’alliance Renault-Nissan, puisque la marque japonaise travaille toujours avec Dongfeng. L’agence de presse Reuters a rapporté que la direction de Nissan n’avait pas été informée à l’avance de ce partenariat avec Geely et qu’il y avait probablement encore des éléments à discuter.

En effet, Renault et Nissan collaborent depuis longtemps au développement, à la fabrication et à la commercialisation de leurs modèles. Les deux géants partagent des plateformes et de nombreux composants afin notamment de réduire les coûts de production.

Néanmoins, ce nouvel accord franco-chinois est logique dans la mesure où les constructeurs automobiles mondiaux présentent de plus en plus de véhicules hybrides à essence. Ils parviennent mieux à respecter les normes d’émissions de plus en plus strictes.

En savoir plus sur

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé