Marché auto

Semi-conducteurs : les clients refusent les voitures moins équipées

Après avoir dû ralentir, voire stopper leur production pendant la crise du coronavirus, les constructeurs automobiles sont aujourd’hui affectés par la pénurie de semi-conducteurs. Ce qui pose de gros problèmes de clientèle, car les acheteurs refusent de faire des concessions sur les voitures moins bien équipées.

Écrit par David Leclercq | 15/10/2021

La pénurie de semi-conducteurs dans le monde – autrement dit, de puces électroniques relativement simples de conception – n’a pas fini de faire couler de l’encre. Et faire fondre des paquets d’argent. En effet, les constructeurs sont les premiers impactés par cette nouvelle crise au point que certaines chaînes de production ont dû être mises à l’arrêt suite à l’absence de pièces.

Certaines marques ont tenté de trouver des palliatifs. Comme le groupe Stellantis pour ses marques Peugeot et Citroën qui a tenté de remplacer ses instrumentations numériques gourmandes en semi-conducteurs par de bonnes vieilles aiguilles. Bien essayé, sauf que la démarche ne convainc absolument pas la clientèle qui préfère manifestement renoncer à son achat plutôt que de se retrouver avec une voiture moins bien équipée.

Des difficultés dans les concessions

semi conducteurs pénuries

Un peu partout, le réseau de vente automobile subit cette situation : les stocks sont désormais épuisés, ce qui signifie des délais de livraison allongés et qui pourraient bien devenir interminables avec la fermeture des chaînes de production. Dans le secteur, certaines estimations indiquent que les ventes pourraient être inférieures de 25% aux prévisions.

Cette situation fait aussi que les véhicules disponibles sont rares et qu’ils ont aussi toutes les chances de devenir plus chers, comme c’est déjà le cas sur le marché de l’occasion.

Or, les clients qui achètent neuf semblent aussi peu enclins à faire des concessions. Ils refusent les voitures avec moins d’équipements. Pour l’instant, le carnet de commandes des concessionnaires est bon, mais avec un stock insuffisant, le seuil de facturation est en décalage avec le seuil de rentabilité des concessionnaires.

La situation est donc particulièrement inconfortable et elle risque de fragiliser un secteur qui rencontre de plus en plus de difficultés ces dernières années, notamment avec les lourds investissements d’infrastructures qu’il doit supporter.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures