Mobilité

Cette ville veut « bannir » les trottinettes partagées

La ville d’Anvers déploie un plan qui va réguler l’usage des trottinettes électriques partagées dans le centre-ville. L’objectif est d’assurer une utilisation plus fluide, mais aussi plus sécurisée de ces engins. Dans ce cadre, plusieurs zones sont interdites au stationnement tandis qu’une vitesse maximale de 8 km/h sera autorisée dans les parties piétonnes.

Alain De Jong Alain De Jong | Publié le 15/02/2022 | Temps de lecture : 3 min

Si toutes nouvelles formes de mobilité douce gagnent en popularité dans les grandes villes, celles-ci posent aussi souvent problème en matière de sécurité et d’ordre public. Tout le monde a pu constater les soucis de circulation que les trottinettes électriques génèrent en étant garées n’importe comment sur les trottoirs. Ou encore les utilisations peu orthodoxes de certains qui slaloment entre les piétons à des vitesses beaucoup trop élevées.

Cette réalité dérange et depuis un certain temps déjà, les autorités réfléchissent à la mise en place d’un cadre spécifique de règlementation afin que les trottinettes puissent enfin trouver leur vraie place au sein de cette nouvelle mobilité.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Des zones délimitées

Anvers légifère pour l’utilisation des trottinettes partagées

À Anvers, l’échevin de la Mobilité, Koen Kennis (N-VA), vient justement de faire part du cadre que la ville a mis en place à ce sujet. D’ici l’été, la ville entend en effet délimiter les zones spécifiques où il sera impossible de circuler ou de se garer avec des trottinettes électriques partagées. Cette interdiction de circulation touchera notamment le périmètre autour de la gare Centrale, mais aussi les zones naturelles ou les cimetières. Et parce qu’elles sont équipées de GPS, les trottinettes s’arrêteront bientôt d’office d’elles-mêmes aux limites de ces zones. L’utilisateur ne pourra donc rien faire.

L’interdiction touchera aussi les cimetières, les parcs naturels, les terrains de sport ou de jeux ou encore les ponts qui enjambent le Ring et même la périphérie du Ring qui est jugée dangereuse.

Et attention au non-respect des prescriptions, car ceux qui abandonnent la trottinette dans ces zones verront le compteur de location continuer de tourner, ce qui risque de leur réserver une très mauvaise surprise. Anvers a également précisé qu’il y aura également une fonctionnalité grâce à laquelle les citoyens pourront signaler les trottinettes partagées mal garées qui représentent un danger ou une nuisance.

Dans ce cas, les opérateurs seront tenus de venir les dégager dans les 24 heures.

8 km/h maximum

Anvers légifère pour l’utilisation des trottinettes partagées

Si la vitesse maximale de roulage d’une trottinette électrique est de 20 km/h, celle-ci sera aussi réduite dans certaines zones. En effet, dans les zones piétonnes, la vitesse sera réduite automatiquement à 8 km/h, comme dans le quartier Meir et d’autres rues commerçantes.

Cette initiative de la ville d’Anvers marque un vrai tournant dans la gestion et l’utilisation des trottinettes électriques en ville et elle devrait permettre de mieux intégrer cette récente forme de mobilité dans le paysage urbain. On imagine que l’approche fera vite des émules au sein des autres villes du pays.

Partager l’article


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité