Mobilité

Des autoroutes à vélos en Wallonie dès 2023

Le vélo connaît un engouement sans précédent. Une aubaine pour les gouvernements contraints de remplir leurs objectifs climatiques. En Wallonie, l’idée d’une autoroute à vélos pour relier Bruxelles fait son chemin. Sa mise en service est prévue pour 2023.

Écrit par | 07/10/2021

Une autoroute à vélos pour relier Bruxelles. L’idée peut paraître a priori saugrenue, mais elle est en fait tout à fait sérieuse. Et prometteuse. Car le vélo connaît un engouement sans précédent, pas seulement en Belgique, mais partout dans le monde. L’objectif du Gouvernement wallon est de doubler son usage d’ici 2024, et le multiplier par 5 d’ici 2030. Et c’est là que les corridors à vélos doivent constituer une solution crédible pour les navetteurs.

Concrètement, il s’agira de construire de grands corridors – de larges pistes cyclables  – séparés du trafic et même du flot de piétons. Il s’agit donc de reproduire à grande échelle les « fiestesnelwegen » qui tapissent la Flandre ou les « cyclostrades » bruxelloises. Les corridors à vélos wallons doivent constituer une solution crédible pour les 2.000 cyclistes quotidiens espérés.

Le vélo pour tous les usages

Vélo cycliste bruxelles

Jusqu’ici la Wallonie envisageait le vélo comme un instrument de loisirs. Une vision simpliste qui aujourd’hui est revue avec d’autres ambitions. Car il est attendu de la petite reine qu’elle devienne un véritable instrument de mobilité, y compris dans des applications plus utilitaires.

Joachim Romain, conseiller mobilité douce auprès du ministre wallon de la Mobilité, indiquait récemment au journal La Dernière Heure que « Nous sommes en discussion avec les communes pour le détail précis du trajet. L’idée est très clairement de relier des pôles, pas de faire une extension du réseau Ravel ». Jusqu’à présent, ce sont 5 grands corridors à vélos qui ont été identifiés pour accéder à la capitale.

Parmi les voies prioritaires, il faut citer la liaison Louvain-la-Neuve – Bruxelles qui longerait la E411 entre Rosières et Louvain-la-Neuve sur 12 km sur le territoire wallon. L’infrastructure sera alors connectée au réseau flamand. Deuxième priorité : une voie qui suivrait la N275 et qui relierait le réseau flamand à Ottignies en passant par la Hulpe et Rixensart.

Aller plus loin et plus vite avec les vélos électriques

Ces deux projets figurent dans le plan de relance et ils devraient à ces fins pouvoir compter sur un financement européen à hauteur de 13,74 millions d’euros, soit une toute petite partie des 417 millions d’euros prévu dans l’enveloppe « vélos ».

Cet engouement pour le vélo n’est pas qu’une mode. En effet, elle découle aussi des innovations technologiques que le secteur a connu ces dernières années. En effet, l’émergence du vélo électrique permet d’aller plus vite et plus loin, le tout sans forcer. C’est une vraie nouvelle ère qui se dessine.

Notons que le (re)développement du réseau de pistes cyclables ne se cantonnera pas Bruxelles et sa périphérie. En effet, d’autres régions qui gravitent autour de grandes métropoles sont aussi concernées, comme le long de la Vesdre où un projet prévoit une démarche similaire autour de Verviers. Il faudra toutefois voir si, avec les récentes inondations, quelques modifications ne seront pas opérées dans les plans initiaux.

En savoir plus sur

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures