Moto

Cette ville renonce à interdire certains deux roues thermiques

De nombreuses villes souhaitent devenir rapidement exemplaires sur la qualité de vie et de santé publique. Paris par exemple entendait interdire les deux roues à essence afin que ceux-ci deviennent tous électriques. Sauf que la ville vient de faire une étonnante marche arrière.

David Leclercq David Leclercq | Publié le 20/02/2022 | Temps de lecture : 2 min

Partout dans le monde, les villes tentent de réduire l’usage des transports considérés comme polluants. Les mesures prises sont nombreuses : diminution du nombre de places de parking, instaurations de zones piétonnes, fermeture de certaines rues, zones de basses émissions, mais aussi des radars ant-bruit doublés de caméras qui chassent les véhicules les plus bruyants.

À Paris par exemple, outre les nouveaux radars sonores, les règles qui régissent la zone de basses émissions mise en place sont régulièrement mises à jour. Par exemple, les autorités locales ont imposé dès 2015 des restrictions aux véhicules utilitaires, aux bus et camions de plus de 3,5 tonnes fabriqués avant le 1er octobre 2001. Ensuite, en 2016, la réglementation a banni les voitures produites avant 1997, mais aussi aux motos fabriquées avant 2000. En 2021, les règles ont encore évolué avec l’exclusion de la LEZ des deux roues antérieurs à 2004.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Nouvelle restriction abandonnée

moto

En toute logique, ces restrictions – qui figurent parmi les plus répressives d’Europe – doivent encore se durcir. En effet, le 1er juillet de cette année, tous les véhicules classés « Crit’Air 3 », c’est-à-dire les deux-roues, mais aussi les voitures datant d’avant le 1er janvier 2007 devaient être interdits. Sauf que la ville vient de faire machine arrière et de reporter cette entrée en vigueur.

Ce report a été décidé, car la métropole est dans l’attente de deux demandes formulées auprès de l’État. La première vise à faire reconnaître Paris comme un territoire d’expérimentation afin de pouvoir proposer aux ménages des prêts à taux zéro pour basculer vers des moyens de transport moins polluants. La deuxième demande vise à mettre en place de nouveaux radars automatiques capables de reconnaître les vignettes antipollution et qui, en cas de défaut, pourront infliger une amende de 135 euros.

Ce retard va naturellement impacter le reste du calendrier de la LEZ. Selon les autorités, ce serait d’au moins 6 mois. Ce qui signifie donc que l’exclusion des véhicules Crit’air 2 (avant 2011) n’interviendra pas au mieux avant la mi-2024. Toutefois, la ville de Paris continue de conserver l’objectif de 2030 pour l’élimination de tous les véhicules à combustion.

Partager l’article


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité