Sécurité routière

Des radars anti-téléphones portables et des amendes plus chères

Le gouvernement fédéral est parvenu à un accord sur l’utilisation de radars permettant de verbaliser les conducteurs qui utilisent des téléphones portables au volant. Et cette mesure n’est qu’une des 32 dispositions que comprend le nouveau plan de sécurité routière.

Écrit par Joris Bosseloo | 13/11/2021

Le gouvernement belge a donc décidé de recourir encore plus aux nouvelles technologies pour débusquer et verbaliser les contrevenants au Code de la route. En particulier, ce sont les radars qui vont être privilégiés et notamment des radars capables de détecter l’usage du téléphone portable au volant (appel ou messagerie) sans qu’un policier doive être présent ou constater la chose. Ce dispositif n’est en fait pas neuf et il est déjà utilisé aux Pays-Bas depuis un certain temps déjà.

Un problème récurrent

Personne ne peut nier aujourd’hui que l’usage du téléphone portable au volant représente un vrai danger en matière de sécurité routière. À peu près tout le monde ou presque de déjà constaté les zigzags d’un camion ou d’une automobile pour ensuite constater que son conducteur avait le regard baissé.

Parce que ce problème est connu et visible de tous, il existe dès lors un certain consensus qui prône un renforcement des contrôles autour de l’usage du téléphone portable en voiture. Et justement, il se trouve qu’aujourd’hui, la technologie permet de le faire. « Elle est disponible, testée et approuvée » a indiqué le ministre de la Mobilité, Georges Gilkinet (Ecolo).

En pratique, ce sont les nombreuses caméras ANPR présentes dans tout le pays (elles étaient à l’origine destinées à traquer les terroristes) qui assureront cette tâche. Celle-ci consistera à prendre en photo la voiture par l’avant et de débusquer le contrevenant directement à travers le pare-brise. Et comme la plaque d’immatriculation est aussi scannée…

Si l’appareil – qui fonctionne à partir du principe de l’intelligence artificielle – soupçonne qu’une personne parle au téléphone, les images seront directement envoyées à la police qui pourra alors dresser un procès-verbal.

Big Brother accroît ses compétences

ANPR

Toute la question est de savoir si la caméra prendra automatiquement une photo de chaque véhicule qui passe ? La réponse à cette question n’a pas été donnée. Cela dit, Georges Gilkinet a indiqué que des projets pilotes allaient être lancés dès l’année prochaine, notamment sur l’E411 qui profite d’un dispositif particulièrement récent. Il est possible que pendant cette phase de test, seuls les camions soient visés par l’opération.

Quoi qu’il en soit, le gouvernement doit encore définir le cadre juridique pour ces contrôles semi-automatiques. Les projets de loi sont déjà prêts, mais il reste encore un obstacle à franchir : celui relatif à la protection de la vie privée.

Des récidivistes seront plus lourdement sanctionnés

rechter

Pour sa part, le ministre de la Justice Vincent Van Quickenborne (Open Vld) n’a pas caché son agacement envers les conducteurs récidivistes qui, envers et contre tout, continuent à rouler trop vite sans que cela n’influence l’amende qui leur est adressée. « Aujourd’hui, celui qui roule systématiquement à 140 km/h peut payer 23 fois d’affilée la même amende et donc le même montant » rapporte le journal Het Laatste Nieuws.

Van Quickenborne plaide donc pour l’adoption d’un « système progressif, y compris pour les infractions mineures qui entraînent des amendes en perception immédiate ». Le ministre n’a pas mentionné l’instauration d’un quelconque permis à points, mais entre les lignes, c’est malgré tout ce que l’on peut comprendre.

Vincent Van Quickenborne

La ministre de l’Intérieur, Annelies Verlinden (CD&V), a aussi pris position par rapport à cette batterie de nouvelles mesures. Et elle a indiqué que si elles étaient instaurées, c’est parce que les résultats n’étaient pas assez bons. « Les mesures traditionnelles ne suffisent plus », a-t-elle ajouté. La situation qu’elle pointe se rapporte en réalité à l’augmentation du nombre de victimes de la route dans notre pays.

Selon les études, l’avalanche d’accidents mortels serait due en partie à de la distraction générée par les téléphones portables ou les systèmes multimédias embarqués. À côté de cela, le trafic devient aussi de plus en plus complexe : les autorités rappellent qu’il y a plus de vélos, mais aussi plus de scooters, de gens conduisant sous l’influence de drogues, mais aussi de personnes âgées.

On pourrait se demander pourquoi le gouvernement cite ce dernier groupe de personnes. Mais c’est probablement parce qu’il fait l’objet d’intenses débats autour de l’imposition de cours de conduite (de rappel) obligatoires à partir d’un certain âge. Quoi qu’il en soit, il faudra ouvrir l’œil et le bon dans les mois qui viennent.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures