Actualité

5 faits étonnants sur The Beast, la voiture officielle de Joe Biden

Joe Biden, l’actuel président des Etats-Unis d’Amérique, est en visite en Belgique, et difficile de passer à côté. Bien entendu, tout est fait pour protéger le chef des USA contre d’éventuelles attaques, mais il ne compte pas seulement sur nos propres services de police et de sécurité belges. Voici 5 faits étonnants sur The Beast, la voiture officielle de Biden.

Écrit par Joris Bosseloo | 15/06/2021

1. The Beast a son propre avion

The Beast est bien sûr escortée, entre autres, par une autre limousine identique avec les mêmes plaques (pour que les spectateurs ne puissent pas savoir dans quelle voiture se trouve Biden) et par une Chevrolet Suburban (surnom : Roadrunner) lourdement blindée qui est en communication directe avec un satellite de l’armée américaine. Comment « La Bête » traverse-t-elle les océans ? En se garant dans le fuselage d’un McDonnell Douglas/Boeing C-17 Globemaster III, un avion cargo de 53 mètres de long qui atteint 950 km/h et pourrait être décrit comme un C-130 moderne, mais avec des moteurs à réaction.

McDonnell Douglas/Boeing C-17 Globemaster III

2. Sept places, du sang et des armes

The Beast est blindée (nous y reviendrons dans un instant) mais aussi armée jusqu’aux dents et préparée au pire. À bord de cette bête à sept places, on trouve un réfrigérateur contenant du sang pour Biden, des réservoirs d’oxygène, des diffuseurs de fumée et des équipements pour lutter contre les incendies (notamment de la mousse pouvant entourer le réservoir de carburant), ainsi que des lunettes de vision nocturne, des poignées de porte 120 volts, des gaz lacrymogènes, des fusils à pompe et même, semble-t-il, des lance-grenades.

3. Attention aux dos d’âne

Ce monstre, avec ses pièces en titane, en acier, en Kevlar, en céramique et en aluminium, est si bien protégé qu’il peut résister aux bombes en bord de route, aux roquettes, etc. Ses portes en verre à l’épreuve des balles ont une épaisseur de 20 cm, sa plaque de sol de 12 cm, et il est également équipé de pneus runflat et de filtres spéciaux pour empêcher l’entrée de produits chimiques dangereux. Ses fenêtres ne peuvent tout simplement pas être ouvertes au cas où Biden voudrait respirer l’air de Bruxelles (les fenêtres du conducteur peuvent être ouvertes, mais seulement légèrement).

The Beast window

Le seul véritable défaut est que cette limousine de près de 10 tonnes ne peut pas franchir les dos d’âne car elle est trop lourde et trop basse par rapport au sol. Dans un pays comme la Belgique, c’est bien sûr tout sauf idéal.

4. Pas une Cadillac, et pas une essence non plus

Bien que le nez de The Beast porte un emblème Cadillac, il s’agit en fait d’un Chevrolet Kodiak fortement modifié. Ce n’est pas une berline, mais bien un gros pick-up pour effectuer de lourds travaux.

Chevroley Kodiak

Un autre fait intéressant est que cette limousine fonctionne au diesel. Parce qu’il consomme moins de carburant (mais quand même 34l/100km !), mais surtout parce que le diesel est moins inflammable que l’essence. Bon à savoir : vendredi dernier, La Bête a fait le plein à la station Esso près de l’aéroport de Zaventem. Nous ne savons pas à combien s’élevait la facture.

5. Chauffeur de la CIA

The Beast official

Son identité est bien sûr inconnue, mais nous savons que le chauffeur de The Beast a été entraîné à CIA et a dû passer des tests très sévères pour devenir le chauffeur de Biden. Quelqu’un qui a des nerfs d’acier, une perspicacité fantastique et un talent pour faire tourner la roue. On pense évidemment à Jason Statham.

Lire aussi : The Beast de Donald Trump déployée pour la course

Photos The Beast : The White House | Vidéo : MSNBC / YouTube

En savoir plus sur

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé