Conseils

Achat d’une occasion : Attention à bien considérer les LEZ !

Avec la multiplication des zones à faibles émissions (LEZ), le choix d’un véhicule d’occasion s’est encore complexifié par la crainte de ne pouvoir accéder aux centres urbains à l’avenir. Un élément à considérer, qui ne doit pourtant pas vous priver d’une bonne occase.

Écrit par Nicolas Morlet | 18/07/2019

Bruxelles, Anvers et Gand : voilà les trois premières villes du pays à avoir mis en place une LEZ dans leur centre urbain. D’autres projets fourmillent tant au nord (Malines, etc) qu’au sud du pays (Liège). Bien sûr, comme rien n’est jamais simple dans notre petit pays, chacune d’elles impose ses propres règles. Mais globalement, disons que les vieux diesels EURO 4 (et plus anciens, avant 2006) sont les principaux concernés puisqu’ils en seront bannis dès le 1er janvier prochain. Les diesels EURO 5 sont, eux, admis jusqu’en 2025.

La situation est un peu moins critique pour l’essence puisqu’une voiture répondant aux normes EURO 2 (1997) est assurée de pouvoir y accéder jusqu’au 31 décembre 2024, soit plus de cinq ans encore. Et il n’est prévu aucune restriction d’accès dès la norme EURO 3 (1er janvier 2001), même au-delà de 2025. De quoi voir venir…

Publicité

Ceci en tête, chacun devra analyser sa situation personnelle au moment d’envisager l’achat d’une occasion. Et se poser les bonnes questions si une bonne affaire concernée par l’une ou l’autre restriction existante ou à venir se présentait. Le choix dépendra notamment de facteurs comme la durée durant laquelle vous pensez conserver votre véhicule (jusqu’après la mise en place des restrictions ?), le kilométrage annuel (pourquoi renoncer à un diesel si vous roulez beaucoup ?), mais aussi la fréquence à laquelle vous vous rendez dans les zones concernées.

En effet, est-il bien nécessaire de passer à côté d’une bonne affaire si les fois où vous vous rendez dans ces LEZ se comptent chaque année sur les doigts d’une main ? Les villes concernées ont mis en place des parkings de délestage à proximité des autoroutes d’où partent des lignes de transport en commun permettant de rejoindre le centre urbain concerné. Aussi, pourquoi ne pas opter pour un autre moyen de transport (train) lors de ces déplacements ponctuels ? A Anvers, vous pourrez également acheter un ticket d’accès journalier si vraiment vous souhaitez y rentrer avec votre « vieille » voiture. Bref, les solutions alternatives ne manquent pas ! Chacun devra prendre sa décision en fonction de ses habitudes personnelles.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures