Notre découverte de la Porsche Taycan avait commencé à Zuffenhausen, là où il est produit, la veille du Salon de Francfort. Au IAA 2019, l’engouement pour ce modèle était incroyable. Difficile de monter à bord, ou même de l’approcher ! Autant vous dire qu’on était surexcité à l’idée prendre le volant de cette première Porsche 100% électrique ! Alors, pari tenu ? Les fidèles du six cylindres à plat pourraient-ils craquer pour cette Taycan ?

Turbo S

Pouvoir… d’attraction

Premier élément de réponse : on n’avait pas vu autant de monde se retourner sur notre voiture d’essai depuis bien longtemps ! À chaque coin de rue, petits ou grands se demandaient ce que nous avions entre les mains. Il faut dire que la signature lumineuse avant est plutôt atypique. Sur la route, le pouce levé d’un conducteur de BMW Z4 dernière génération ou encore le regard plein d’interrogations d’un propriétaire de Lamborghini n’ont pas tardé.

Sur la vague verte…

En montant dans la version Turbo (680ch en overboost), nous étions un peu sceptiques quant aux matériaux utilisés. Pour la première fois (depuis longtemps…), Porsche propose en effet un intérieur sans cuir, où les meubles de bord sont recouverts de matériaux recyclés. Cela plaira peut-être à une certaine clientèle mais notre préférence va vers le cuir « traditionnel » qui nous aide à nous sentir dans une vraie Porsche. Pourtant, une fois derrière le volant, les sièges et la position de conduite nous rappellent bien que cette sportive vient de Zuffenhausen !

Taycan

… et du tactile

Les écrans tactiles sont nombreux et le passager a même droit au sien, en option. Utile ? On vous laisse juger… On peut uniquement regretter que certains réglages, comme l’inclinaison des ouïes d’aération par exemple, demandent à passer par l’écran tactile. Le tableau de bord par contre, 100 % digital, facile à prendre en main via les commandes au volant, est superbe. On like cette réinterprétation moderne des tableaux de bord Porsche si atypiques !

Puissance… d’attraction

Bouton Start à gauche du volant, sélecteur de vitesse à droite : on se laisse emmener, sans bruit, par ce jeune cheval fougueux (traduction du mot turque Taycan). La puissance cumulée des deux moteurs – le plus efficace sur le train avant, l’autre, avec la boîte 2 rapports, sur le train arrière – s’élève à 625 chevaux pour les versions Turbo et Turbo S. Mais l’ampérage passe du simple au double pour la S, ceci permettant de profiter de 761 chevaux et 1.050 Nm lors d’un launch control ! Le 0 à 100 km/h est alors envoyé en 2,8 secondes avec une poussée incroyable dont on n’a vraiment pas l’habitude. Quelle violence ! À côté de ça, les montagnes russes, c’est de la gnognotte, la motricité étant tout à fait ébouriffante !

Dans les parties sinueuses, la Taycan se montre également époustouflante (4 roues directrices de série sur Turbo S). Non seulement l’électronique agit à la vitesse de l’éclair sans qu’on s’en rende compte, mais en plus, on ne ressent pas les 2,3 tonnes de l’engin autant en virage qu’au freinage. C’est sûrement sur ce point que Porsche a réussi un travail exceptionnel, en s’aidant de son savoir-faire légendaire pour paramétrer une direction du tonnerre, à la précision, comme toujours, chirurgicale.

En plus, avec les batteries situées dans le plancher, le centre de gravité est plus bas que celui d’une 911 et la répartition des masses proche de 50/50. On vous laisse, dès lors, imaginer les G qu’on prend en attaquant ! C’est prodigieux, tout comme la recharge, qui ne demande que 20 minutes via le réseau Ionity (8€/charge) encore trop discret en Belgique (4 stations : Gand, Tournai, Le Roeulx et Liège-Bierset). La Taycan est le seul modèle électrique du marché qui permet de récupérer jusqu’à 270 kW, ceci expliquant cela. Problème : tout le monde ne peut pas profiter de pareille recharge à la maison ! Il faudra donc compter sur minimum 8h en triphasé 11 kW. Mais avec son autonomie comprise entre 388 et 412 km (jusqu’à 450 km pour la Turbo) – réelle, les chiffres de consommation annoncés par Porsche étant ceux observés lors de notre essai –, il ne devrait pas être question de recharger au quotidien cette berline 4 places hyper-sportive et vraiment confortable.

Porsche

Les premières livraisons auront lieu en 2020, année durant laquelle la version Cross Turismo sera lancée. Notez encore que des versions moins puissantes de la Taycan arriveront très rapidement.

Conclusion

Vraiment, merci Tesla, car sans cette marque folklorique, on n’aurait peut-être jamais vécu pareille expérience ! Même les amateurs de flat six devraient être estomaqués par les sensations incroyables que procure la Taycan !  

Taycan rear

La Taycan Turbo S en quelques chiffres

Moteur : 2 moteurs électriques (train avant + train arrière) ; 560kW ; 1.050Nm.

Batterie : 93,8 kWh ; 800V/600 Ah.

L/l/h (mm) : 4.963/1.966/1.378

Poids à vide (kg) : 2.295

Volume du coffre (l) : 366 + 81 (coffre avant)

0 à 100 km/h (sec.) : 2,8

Prix : 191.724,50€ TVAC

Puissance : 761 ch

V-max : 260 km/h

Autonomie : 388 – 412 km

Temps de charge : 20 min pour 80 % (charge rapide)

  • Attraction sur roues
  • Vraie Porsche (châssis, direction)
  • Poids certes important mais discret
  • Rapidité de recharge (merci Ionity)
  • Possibilités de recharge à domicile faiblardes
  • Trop de réglages via écran tactile (ouïes d’aération, etc.)
  • Trop violente pour le commun des mortels ?
Note de la rédaction : (4,5/5)