Marché auto

La fin du bonus fiscal fait bondir les ventes d’utilitaires en Wallonie

Alors que le marché automobile global connaît une série crise, les immatriculations de voitures utilitaires ont explosé en Wallonie sur les 10 premiers mois de l’année. C’est là probablement une réaction au nouveau décret qui rendra dès 2022 la fiscalité des utilitaires moins avantageuse pour les particuliers.

Écrit par David Leclercq | 10/11/2021

La situation sur le marché automobile belge n’est guère réjouissante. En effet, après une année Covid qui avait déjà vu baisser les immatriculations en raison des confinements, l’année 2021 doit faire face, elle, à une solide pénurie de semi-conducteurs (puces) ce qui a forcé nombre de constructeurs à ralentir la cadence, voire à fermer momentanément plusieurs sites de production.

Rien que sur les 10 premiers mois de l’année 2021, les immatriculations ont baissé de 9%. Une situation qui est encore plus marquée en Wallonie où la baisse atteint même les 11,5%.

Publicité

Dans ce contexte, le paradoxe nous vient des véhicules utilitaires légers et des poids lourds dont les immatriculations ont augmenté de respectivement 3,9 et 13 %. La situation est particulièrement marquée en Wallonie où les pick-ups neufs ont manifestement la cote auprès du public. Les ventes ont en effet augmenté de 34,5% comparativement à 2020 et même de 3,35% par rapport à 2019. Voilà qui contraste avec les ventes de voitures neuves, en chute de 19,6% par rapport à la même (bonne) année de référence qu’est 2019.

Pourquoi les utilitaires ?

La fin du bonus fiscal fait bondir les ventes d’utilitaires en Wallonie Toyota Hilux

On se demande dès lors ce qui pousse ce marché vers l’avant ? Et la réponse se trouve probablement (au moins en partie) dans l’adoption du nouveau décret fiscal wallon qui prévoit de réduire les avantages pour les particuliers à partir du 1er janvier 2022. En effet, le gouvernement wallon a jugé plus juste de ne réserver le régime avantageux qu’aux indépendants en personnes physique ou aux personnes morales qui en ont véritablement l’utilité professionnelle.

De ce fait, nombre de particuliers, sans doute aussi alertés par leur garagiste, franchissent le pas avant ce changement majeur. Car la différence sera importante : actuellement, les véhicules utilitaires immatriculés par un particulier échappent à la taxe de mise en circulation autant qu’au malus écologique qui sanctionne les véhicules les plus émetteurs de CO2. Aujourd’hui, l’unique redevance à payer tient dans la taxe de circulation forfaitaire de 148,76 euros. Une sacrée différence avec n’importe quelle voiture traditionnelle !

Selon plusieurs observateurs éclairés, cette frénésie pour l’achat des pick-ups est bien à mettre sur le compte de cette nouvelle fiscalité qui ne sera pas rétroactive. Car le particulier pourra bel et bien commander son véhicule jusqu’au 31 décembre pour continuer à bénéficier du régime fiscal actuel. Mais après cette date, tout changera et le particulier qui opte pour un pick-up d’un peu plus de 200 ch (une puissance assez répandue dans la catégorie) devra alors s’acquitter 6.000 euros de taxe au lieu de 150 euros aujourd’hui. Il y a donc fort à parier que cette demande soutenue continue jusque fin 2021 et qu’il connaisse même encore un pic juste avant les fêtes de fin d’année.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé

Des véhicules pour vous

Voitures