Mobilité

Les trottinettes électriques suscitent l’inquiétude

Avec le push de la mobilité douce, les trottinettes électriques sont de plus en plus populaires. Toutefois, ce moyen de transport pratique et branché pose de nombreux problèmes : chaos sur les trottoirs et accidents en nombre et aux conséquences souvent graves. Y a-t-il péril en la demeure ?

Alain De Jong Alain De Jong | Publié le 20/10/2021 | Temps de lecture : 5 min

L’évolution de nos habitudes de transport dans et autour des villes a vu émerger de nouveaux moyens de transport qui prennent progressivement la place des voitures. Le vélo électrique connaît par exemple une popularité sans précédent, mais il n’est pas le seul. D’autres véhicules à motorisation électrique ont également fait leur apparition dans nos rues ces dernières années dont le plus emblématique est sans conteste la trottinette électrique.

Ce succès n’est pas sans raison, car il s’agit d’un moyen de transport très pratique et flexible particulièrement en centre-ville où il est aussi proposé en libre-service, c’est-à-dire en utilisation partagée. Ce mode de locomotion est évidemment idéal pour ceux qui souhaitent parcourir rapidement et sans trop d’efforts les derniers kilomètres de leur trajet en ville. Toutefois, l’utilisation des trottinettes électriques a donné aussi naissance à un certain nombre de problèmes et de désagréments qui pourraient être facilement résolus à condition de définir un cadre légal adapté.

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Le stationnement dans la nature

elektrische steps

En premier lieu, il faut citer l’invasion sauvage des trottinettes électriques. Elles sont partout : sur les trottoirs, sur les emplacements de parking des automobiles, le long des routes, ce qui gêne souvent le passage des piétons et entrave même l’accès aux maisons. Dans certaines villes, l’usage des trottinettes a abouti à un véritable chaos et les autorités ont dû intervenir.

L’été dernier par exemple, le maire d’Uccle a fait enlever plus de 100 trottinettes qui n’étaient pas garées aux endroits prévus. À l’heure actuelle, plusieurs villes travaillent avec ces fournisseurs de services de transport afin d’aboutir à un arrangement qui permettrait d’obliger les utilisateurs à parquer les trottinettes dans des endroits de stationnement dédiés.

Vitesse excessive

Le deuxième point d’accroche majeur avec les trottinettes concerne la vitesse de déplacement de ces engins. Elle est beaucoup trop élevée, que ce soit dans la circulation ou dans des zones ouvertes aux piétons (et dans lesquelles ces derniers sont naturellement prioritaires). Si une trottinette peut en effet circuler sur un trottoir, elle ne peut pas le faire à un rythme supérieur à celui de la marche, soit environ 6 km/h.

Si une trottinette électrique est pilotée à une vitesse supérieure à celle de la marche, elle rentre alors dans la catégorie des vélos et il faut alors adopter un comportement conforme à la situation. Ce qui signifie qu’il n’est pas autorisé de rouler sur la chaussée et qu’il faut utiliser la piste cyclable. En outre, une vitesse maximale de 25 km/h est appliquée ici, comme pour les vélos électriques. Mais dans la réalité, les utilisateurs roulent souvent plus vite, avec tous les risques que cela comporte.

Blessures graves

elektrische step

Certains utilisateurs se faufilent dans le trafic à une vitesse folle. Car il existe de nombreuses trottinettes qui peuvent aller beaucoup plus vite que les 25 km/h autorisés. Et il arrive qu’elles soient aussi trafiquées par leur propriétaire. Cela augmente naturellement le risque d’accident grave, car la puissance de freinage d’une trottinette est forcément limitée et les roues de petit diamètre peuvent parfois se bloquer lorsqu’elles rencontrent un obstacle.

En outre, de nombreux utilisateurs ne font pas preuve d’une grande attention lors de leurs déplacements : ils roulent d’une seule main ou sont occupés à tapoter sur leur smartphone. Ils ont donc moins l’œil sur les dangers potentiels de la route et sur le trafic.

Le port du casque est également l’exception plutôt que la règle. Et les services d’urgence des hôpitaux en savent quelque chose. Depuis deux ans, ils admettent chaque jour plusieurs patients souffrant de graves traumatismes liés à un accident de trottinette électrique. Et lorsque ce sont les conducteurs ou les piétons qui sont touchés, il s’agit souvent de blessures graves au visage, telles qu’une fracture de la mâchoire ou des articulations de la mâchoire ou encore des dents.

Pour toutes ces raisons, un nombre croissant de villes introduisent ce qu’elles appellent des « zones lentes » où la vitesse des trottinettes électriques est sévèrement limitée afin de prévenir ces accidents.

La Ville de Paris envisage par exemple de limiter la vitesse des trottinettes électriques à 10 km/h, voire de les interdire purement et simplement si la situation ne s’améliore pas. À Bruxelles également, la police sera à l’avenir plus stricte pour garantir une utilisation correcte et plus sûre des trottinettes électriques. Dans notre pays, une contravention pour excès de vitesse peut coûter au conducteur de trottinette jusqu’à 174 euros. Mieux vaut le savoir…

Partager l’article

En savoir plus sur


Dernières infos

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Gocar c'est aussi plus de 30.000 véhicules de stock !

Découvrez toutes les actualités

Articles liés au même sujet

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

Des véhicules pour vous

Voitures

A la une

Publicité – continuez à lire ci-dessous

Publicité