Une semaine en électro-mobilité : Un enfer ! (PARTIE 2)

Passé la lune de miel entre la Kona électrique et votre serviteur, il est temps de passer aux choses sérieuses et de prendre le problème de sa recharge à bras-le-corps. C’est là que les choses se gâtent !

Une semaine en électro-mobilité : Un enfer ! (PARTIE 2)

Le moment tant redouté de la première recharge arrive hélas à grands pas. J’habite dans la proche périphérie de Liège dans un quartier très urbain, composé de maisons de ville sans allées privées. Plus tôt dans la semaine, j’ai oublié de vous dire que la Kona m’annonçait 430 km d’autonomie, un chiffre proche des 449 km revendiqués par Hyundai selon les nouvelles normes WLTP, définitivement bien plus réalistes que l’ancienne norme NEDC. Le gros problème de l’automobile électrique dans notre pays, et bien plus spécifiquement en Wallonie, est la rareté des infrastructures de recharge, surtout hors des centres-villes. Habitant dans ce qui semble être un no-man’s land en ce qui concerne l’électro-mobilité, je décide de tenter une charge devant chez moi, sur une prise de courant domestique on ne peut plus classique. Pour ce faire, je me munis d’une belle allonge électrique de 15 mètres car ma prise de courant la plus proche de la voiture se situe dans mon hall d’entrée. Je fais passer le câble par la boîte aux lettres pour faire courir celui-ci sur le trottoir, jusqu’au chargeur spécifique qui se branche dans la prise située dans le calandre. Lorsque tout est enfin connecté, je me précipite joyeusement vers le tableau de bord pour voir la durée de charge. C’est la douche froide (voir même glacée) ! Les modestes 2,5 kWh fournis par le prise de courant font que la durée de charge est estimée à…42h20 minutes !

Plan B

Je ne peux me permettre d’immobiliser la voiture (et moi-même à l’occasion !) pendant tout ce temps. Etant donné que je ne dispose pas d’un wallbox, je dois me mettre à la recherche d’une borne de rechargement rapide. Via une appli spécialisée, je me rends compte que la plus proche se trouve à l’Administration communale de mon patelin. Arrivé sur place, je déchante. Des véhicules électriques des services communaux occupent les 2 places disponibles. De toute façon, la borne n’est pas puissante (7 kWh) et son utilisation est limitée aux heures d’ouvertures de la Maison Communale. Caramba ! Après quelques recherches, mon salut vient d’un nouveau magasin Lidl situé à très exactement 5,4 km de chez moi. C’est amusant de constater qu’il s’agit là d’une initiative privée, et non des pouvoirs publics qui prônent pourtant l’utilisation de la voiture électrique. Une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, la charge est entièrement gratuite et rapide grâce à un système de 50 kWh. Pourtant, même avec la crème de la crème des bornes de recharge, l’opération prend plus d’une heure pour arriver à 100 %. Pas de problème, je vais rentrer chez moi avec ma fière trottinette qui m’attend dans la voiture. En théorie, c’est facile. Mais en pratique…

Une semaine en électro-mobilité : Un enfer !