Selon une étude de l’organisme VIAS, les déplacements professionnels ne représentent que 30% du trafic routier quotidien général, mais plus de 70% aux heures de pointe. Résultat : un encombrement maximal du réseau routier et une perte de temps considérable pour se rendre au travail ou déposer les enfants à l’école.

Face à ce constat – une première en Belgique – VIAS préconise, via une simulation, d’allonger les heures de pointe habituelles pour étaler les flux de trafic. Cette solution permettrait d’améliorer les temps de parcours de 6% sur l’ensemble de la journée, mais de 25 durant les heures de pointe actuelle.

Un système qui a toutefois son revers : les temps de parcours s’allongeraient considérablement sur les tranches habituelles, surtout à 6 heures et de 10 à 11h. Le soir, les temps de parcours à 20h seraient quasiment doublés !

Si les employeurs se disent majoritairement favorables à un étalement des heures d’arrivée au travail, les établissements scolaires le sont, eux, beaucoup moins.

Enfin, une autre simulation illustre que si 30% des travailleurs renonçaient à la voiture, les temps de parcours seraient améliorés de 15%. Des volontaires ?