Sécurité routière

L’Autopilot de Tesla n’évite pas les véhicules d’urgence

La conduite autonome est une matière compliquée. À terme, cette technologie doit pouvoir prendre des décisions rapides, mais aussi efficaces pour protéger les plus faibles. Mais cela, c’est juste la théorie…

Écrit par David Leclercq | 25/08/2021

La marche vers la conduite autonome de nos voitures sera longue et parsemée de multiples embûches. On s’en doutait un peu. Les ingénieurs qui mettent au point ces dispositifs sont de surcroît confrontés à de vraies questions éthiques : que faire lorsqu’un enfant traverse la rue ? Qui protéger face à un bus scolaire ? Qui doit vivre ? Et qui doit mourir ? Car il est clair que les programmes inscrits au cœur des processeurs devront pouvoir effectuer ce choix.

Mauvais conducteurs

La chance de l’électronique, c’est qu’elle est beaucoup plus rapide que nous lorsqu’il s’agit de prendre des décisions. Il y a la vitesse de réaction, mais aussi les informations qui parviennent au centre décisionnel (granulosité ou adhérence du bitume par exemple), des informations qui ne sont évidemment pas exploitées par les humains qui s’en remettent juste à leur feeling (encore faut-il en avoir un bon).

Nous sommes donc fondamentalement de mauvais conducteurs, tout simplement parce que nous régissons aussi avec notre conscience. Or, l’électronique ne fait pas cela. Elle n’est pas parasitée et c’est elle qui est capable de prendre la meilleure décision. Enfin, c’est ce qu’on croyait jusqu’à ce qu’on apprenne que l’Autopilot de Tesla a manifestement quelques problèmes avec les véhicules d’urgence

11 accidents

autopilot tesla

Selon CNN Business, 11 accidents sont survenus alors que le système de pilotage automatique Autopilot était activé. Et les Tesla ont majoritairement tamponné des véhicules d’urgence, une situation incompréhensible qui a en outre fait 17 blessés et 1 mort. Les accidents se sont produits dans neuf États différents sur une période de trois ans et demi. Selon les premières conclusions, l’Autopilot semble totalement ignorer les moyens de signalisation des véhicules d’urgence, que ce soit les cônes routiers ou les panneaux lumineux fléchés.

Pas vraiment de réponse

CNN a naturellement contacté Tesla qui n’a pas répondu immédiatement. L’organisme fédéral de sécurité routière aux USA, la NHTSA, a bien rappelé « qu’aucun véhicule disponible à la vente aujourd’hui n’est capable de se conduire tout seul.

Chaque véhicule nécessite qu’un conducteur humain en ait le contrôle à tout moment et toutes les lois tiennent aujourd’hui les conducteurs humains responsables de la conduite de leur véhicule ». Et encore d’ajouter que « certaines fonctions avancées d’aide à la conduite peuvent favoriser la sécurité en aidant les conducteurs à éviter les collisions et à atténuer la gravité des collisions qui se produisent, mais comme pour toutes les technologies et tous les équipements des véhicules, les conducteurs doivent les utiliser correctement et de manière responsable. »

Étant donné la récurrence du problème des Autopilot, la NHTSA a ouvert une enquête sur Tesla. Les modèles S, 3, X et Y de 2014 à 2021 sont passés à la loupe. Livreront-ils leur secret ou leur bout de code défectueux ? L’avenir nous le dira.

En savoir plus sur

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé