Essais auto

ESSAI Porsche 911 GT3 Touring : Un rêve pour pilotes discrets

Ce n’est pas parce qu’on a envie d’une sportive “Track Ready” qu’on a forcément envie d’exposer ses appendices. Porsche propose donc une GT3 destinée aux non-exhibitionnistes.

Écrit par Laurent Zilli | 21/09/2021

La Porsche 911 GT3, c’est déjà une longue et belle histoire. La première est en effet née il y a 20 ans, avec la génération 996, et a marqué les esprits avant même sa commercialisation, quand le légendaire Walter Röhrl boucla un tour du Nürburgring en moins de 8 minutes, une première pour une voiture de série.

Dynastie iconique

On peut même dire que le mythe GT3 est plus ancien. Car une GT3, c’est quoi ? C’est une voiture de course qui reste aussi fidèle que possible aux éléments d’une 911 « classique », par opposition avec une GT2 par exemple, plus bestiale, plus pointue à piloter, et qui commence à prendre de sérieuses libertés tant avec le moteur qu’avec le châssis d’origine.

En clair, la GT3 est une voiture de course que l’on peut conduire sans avoir un brevet de pilote et des centaines d’heures de circuit à son actif. Or la première 911 du genre est elle aussi une légende, un vrai graal de collectionneur : la 2.7 RS, apparue en 1973. Bref, la GT3 est non seulement la 911 la plus pure, mais aussi celle dont les racines sont les plus anciennes.

Pureté mécanique

Porsche 911 GT3 Touring

Aujourd’hui, on peut même dire que la GT3 est la plus 911 de toutes les 911, car elle est désormais la seule de toute la gamme à rester fidèle à un principe : le moteur atmosphérique.

Non, aucune soufflette magique sur le fabuleux flat 6 4 litres, identique à celui de la précédente GT3. Si ce n’est que les ingénieurs en ont encore essoré 10 chevaux de plus, pour un total de 510 chevaux, envoyés uniquement aux roues arrière, via une boîte manuelle 6 rapports, ou, au choix pour les plus paresseux, une PDK 7 rapports.

Pureté esthétique

Porsche 911 GT3 Touring

Parlons enfin de celle qui nous occupe plus particulièrement aujourd’hui : la Touring Package. De tous temps, la GT3 ne faisait pas dans la discrétion. Plus large et plus basse que d’autres 911, elle était surtout affublée, performances aérodynamiques obligent, d’imposants ailerons arrière.

Heureusement pour ceux qui ne goûtent guère à ces appendices un peu voyants, on n’arrête pas le progrès ! Aujourd’hui, il est en effet techniquement possible d’obtenir autant d’appui sur le train arrière avec un discret aileron rétractable qu’avec les énormes ailerons fixes.

Porsche 911 GT3 Touring

Voilà comment, depuis la génération précédente, la 911 GT3 est proposée avec le « Touring Package », autrement dit – principalement – le remplacement de l’aileron fixe par une version qui ne se déploie que quand c’est nécessaire, laissant à la 911 la pureté de sa ligne le reste du temps.

Tous les goûts sont dans la nature mais personnellement, nous la préférons comme ça. Cela étant, si on envisage réellement d’emmener très régulièrement la voiture sur circuit, voire de l’engager en compétition, l’aileron fixe, réglable manuellement pour encore plus d’appui, est préférable, surtout associé avec le pack Clubsport. Mais ça, c’est une autre histoire.

Plus proche de la compétition que jamais

Pour cette nouvelle génération de la GT3, Porsche a naturellement repris sa recette à succès, en la poussant toujours un peu plus loin. Parmi les ingrédients habituels, il y a évidemment l’allègement. Vitrage « light », carbone par-ci, magnésium par-là…

Porsche 911 GT3 Touring

La GT3 à boîte manuelle accuse 1.418 kilos à la pesée, ce qui est 80 kilos de moins qu’une Carrera de base, et 222 kilos de moins qu’une 911 Turbo. Vous avez aussi déjà lu plus haut les autres ingrédients classiques que sont le moteur atmo, la transmission arrière et la boîte manuelle.

Reste à parler du moins classique, comme les roues arrière directrices et surtout une première sur une Porsche de série : un train avant réellement issu de la compétition, puisque repris de la 911 RSR, victorieuse au Mans.

Bref, autant dire que la nouvelle GT3 ne rigole pas. Elle l’a d’ailleurs prouvé en établissant un nouveau temps record sur le Nordschleife : 6’59.927. A la lecture de tout ça, à priori, on aurait peur d’en prendre le volant. Et pourtant…

Sublime

Porsche 911 GT3 Touring

Je ne vais pourtant pas vous mentir : j’avais une légère appréhension au moment de prendre le volant. Car comme chat échaudé craint l’eau froide, je me méfiais de tout ce qui s’appelle « 911 GT-quelque chose » depuis mon expérience en GT2 RS, en 2018.

Une expérience terrifiante, pour moi qui ne suis qu’un conducteur averti mais pas un pilote chevronné. Une expérience avec une auto qui me donnait l’impression de vouloir ma peau, qui ne pardonne rien, dont chaque réaction est brutale. Trop forte pour moi ! Mais comme souligné plus haut, les GT2 sont des brutes pour pilotes. Pas les GT3…

C’est en Allemagne que Porsche nous a fait découvrir sa nouvelle GT3 Touring Pack. Et pas bêtement sur Autobahn, oooooh non. Dans la région de Trèves, avec son relief, ses forêts, ses petites routes qui ne tolèrent que peu les lignes droites, sur un tracé qu’ouvrait pour nous Walter Röhrl (carrément !), évidemment impossible à suivre au volant de sa GT3… de première génération.

Cet essai, c’est une des rares fois où j’ai touché au sublime. La GT3 est bien moins puissante qu’une 911 Turbo, mais elle est tellement, tellement plus communicative, plus sensationnelle, plus… pure.

Porsche 911 GT3 Touring

Il ne faut que quelques minutes pour la comprendre et se sentir suffisamment à l’aise que pour l’exploiter à la hauteur de ses capacités. Elle est toujours sauvage, toujours redoutablement sportive, mais surtout toujours prévenante et docile. Jamais elle n’est intimidante, contrairement à cette salo…e caractérielle de GT2. Et ce moteur qui chante jusqu’à 9.000 tours… My God !

Le sort m’avait attribué une version à boîte PDK. Dommage. OK, elle tue le 0 à 100 km/h en 3,4 secondes au lieu de 3,9 pour la manuelle, mais sent-on vraiment la différence ? Alors qu’en termes de plaisir, on doit bien sentir la différence quand on a une troisième pédale et un levier à remuer. Ca implique encore plus dans la conduite de ce qui est désormais ma version préférée de la 911. La rage contrôlée de cette GT3, sa précision, son agilité, son sens du jeu… Je vais m’en souvenir longtemps !

Conclusion

Avec 140 chevaux de moins qu’une 911 Turbo, la GT3 est une preuve supplémentaire que ce n’est pas la puissance qui fait la sportive. C’est tout le reste. Cette 911 a tout le reste, et c’est la première « voiture de course pour la route » qui nous séduit autant !

Porsche 911 GT3 Touring

Porsche 911 GT3 Touring : fiche technique

Moteur : 6 cyl. boxer, essence, atmo, 3.996cc ; 510ch à 8.400tr/min ; 470Nm

à 6.100tr/min.

Transmission : aux roues arrière.

Boîte : manuelle 6 rapports.

L/l/h (mm) : 4.573/2.027/1.279

Poids à vide (kg) : 1.418

Volume du coffre (l) : 132

Réservoir (l) : 64

0 à 100 km/h (sec.) : 3,9

Prix : 179.640 € TVAC

V-max : 320 km/h

Conso. mixte : 12,9 l/100km

CO2 : 292 g/km

Note de la rédaction

Points forts

  • Agressivité discrète de la Touring
  • Pure et hyper sensationnelle
  • Conduite accessible
  • Moins chère qu'une Turbo…

Points faibles

  • Sacrément chère quand-même !

En savoir plus sur

Partager l’article

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé