Diesel

Un deuxième Dieselgate en préparation ?

En parallèle du scandale du Dieselgate, une autre enquête est en cours auprès de Volkswagen. Elle concerne toujours les logiciels des moteurs Diesel, sauf que cette fois, ce serait au sujet de la manipulation des émissions d’oxydes d’azote. Si ces irrégularités sont prouvées, un nouveau procès pourrait s’ouvrir contre le constructeur automobile allemand. 

Écrit par Alain De Jong | 29/09/2021

Les moteurs Diesel de Volkswagen vont manifestement continuer à faire parler d’eux. Souvenez-vous du « Dieselgate » en 2015, lorsque l’organisme indépendant Transport & Environment a découvert que le logiciel pilotant le moteur avait été écrit pour modifier les résultats des émissions dans certaines circonstances et notamment lors des procédures de test.

Cette découverte a abouti à une affaire judiciaire de grande ampleur qui a mis en lumière les trucages opérés au sein du groupe Volkswagen, mais aussi au sein d’autres marques.

Et ce n’est manifestement pas fini puisque, selon Automotive News, de nouvelles irrégularités auraient été découvertes. Sur les moteurs turbo Diesel de Volkswagen, le logiciel appelé « fenêtre de température » piloterait la vanne de recirculation des gaz d’échappement (EGR) de manière douteuse dans certaines conditions.

Ce pilotage spécifique opèrerait comme lors du Dieselgate, c’est-à-dire en limitant les émissions d’oxydes d’azote dans les conditions de test, mais pas en dehors.

Cette stratégie logicielle aurait été découverte sur de nombreux véhicules du groupe conduits en en Autriche. Il semblerait en effet que, lorsque la température extérieure est inférieure à 15°C ou supérieure à 33°C, ou lorsqu’on roule à plus de 1.000 mètres d’altitude, la vanne EGR serait purement et simplement désactivée pour éviter la dégradation voire la panne du moteur.

Évidemment, avec une désactivation complète, plus aucune recirculation des gaz mal brûlés n’a lieu, ce qui aboutit à une pollution très importante au NOx (ces gaz responsables des pluies acides et des problèmes de respiration chez les enfants ou chez les personnes plus âgées).

Nouvelle enquête de l’UE sur les logiciels fraudeurs

VW

Bien entendu, si cette tricherie est prouvée, cela signifie que les moteurs TDI concernés ne répondent plus aux exigences d’homologation, qui doivent en principe être respectées à tout moment lorsque le moteur tourne.

C’est la raison pour laquelle l’Union européenne lance une enquête, un examen qui nous ramène évidemment à l’année 2015 lorsque le Dieselgate a éclaté, tant il semble y avoir des similarités avec le logiciel EA 189. À l’heure actuelle, on attend toujours une déclaration officielle de l’Union européenne et de Volkswagen quant à ces faits relatés par Automotive News.

Selon plusieurs sources, une batterie d’avocats de la Cour de justice européenne examinerait l’affaire pour déterminer si ces allégations sont fondées. Si un logiciel fraudeur est à nouveau découvert chez Volkswagen, il sera clairement difficile d’éviter un nouveau procès devant la Cour européenne de justice. Volkswagen aurait-il tous les traits d’un récidiviste ? À suivre.

Partager l’article

En savoir plus sur

Newsletter

Que ce soit sur les dernières actualités auto ou les sujets brûlants de mobilité.

D’autres ont également regardé